Assurances santé frontaliers : 5 règles pour ne pas se faire avoir

Les travailleurs frontaliers intéressent particulièrement les assureurs français. Pourquoi ? Parce qu’un frontalier doit obligatoirement souscrire un régime d’assurance santé, qu’il travaille à Genève, Lausanne ou Zurich.

Mais aussi plus simplement parce que les contrats d’assurances maladie privé pour frontalier en Suisse sont très rémunérateurs pour les compagnies d’assurance et courtier, tout en proposant une couverture intéressante pour l’assuré dans la plupart des cas.  Tout le monde est content. Enfin le plus souvent.

La plupart des acteurs du secteur des assurances sont sérieux et sont de bons professionnels. Mais l’assureur devant naviguer entre son devoir de conseil et ses objectifs commerciaux, l’intérêt du futur assuré est parfois négligé.

Alors pour éviter de tomber dans certains pièges, voici quelques conseils de base lorsque vous serez face à votre interlocuteur.

Faites-vous présenter TOUTES les possibilités d’assurance pour les frontaliers en Suisse

Demandez à votre interlocuteur de vous présenter les possibilités d’assurance pour les frontaliers. Dans les faits, les frontaliers peuvent s’assurer sous 3 régime (assurances maladie privée, CMU pour frontaliers, assurance maladie obligatoire suisse (LAMal) pour frontaliers).

Les professionnels de l’assurance en France ne commercialisant que les assurances maladie privée (qui sont par ailleurs les plus répandues et souvent les plus intéressantes), il est fort probable que votre interlocuteur ne s’embarrasera pas à vous parler des deux autres. Or, dans certains cas, cela peut être la seule solution d’assurance possible (notamment si votre état de santé n’est pas bon).

Donc méfiance si le silence est fait sur l’existence de la CMU et de la LAMal frontaliers, c’est que votre interlocuteur ne fait pas parfaitement bien son travail de conseil.

Exigez du choix !

En matière d’assurance maladie privée, les offres ne sont absolument pas équivalentes entre-elles : entre une offre qui couvre les soins en Suisse et en France, avec l’optique et le dentaire, et une offre qui ne couvre que les soins en France et pas les soins dentaires ou d’optique, les différences de prix peuvent aller du simple au triple, y compris pour une même marque.

Il est donc important de faire le tour de plusieurs compagnies d’assurances ou plus simple encore, passez de préférence par un courtier qui travaille simultanément avec plusieurs compagnies. Je vous explique pourquoi en dessous.

Passez de préférence par un courtier spécialisé santé pour frontaliers

Un courtier, contrairement à un agent général, représente plusieurs marques différentes (Swisslife, MMA, Allianz, Alptis…). De fait, il vous fera gagner un temps fou en vous évitant d’aller vous même voir 5 ou 6 compagnies différentes, il vous apportera un conseil réellement objectif, et surtout vous ne payerez pas plus cher, leurs services sont gratuits.

Je donne ce conseil depuis des années dans mon livre et mes sites, et c’est avec cette catégorie de professionnels que nous travaillons pour notre service de demande de devis d’assurance frontalier en ligne.

Mais attention cependant, assurez-vous que le professionnel qui s’annonce comme courtier en est bien un et qu’il couvre suffisament de marque différentes pour les frontaliers (au moins 4).

Un site Web ou votre interlocuteur se présente comme un courtier EXCLUSIF ? Méfiez-vous, ou fuyez !

Sous couvert du terme « courtier », synonyme de choix, ces sites ou professionnels présentent les gammes d’une seule marque, limitant ainsi votre choix. Même si les produits proposés sont bons, cela ne vous évitera pas de faire le tour de la concurrence… Mais ça bien sûr personne ne vous le dira. Ce que je trouve gênant dans la démarche, c’est l’ambiguïté du terme « courtier exclusif » qui est un non-sens total, car par définition un courtier représente plusieurs marques.

Bref, demandez toujours à votre interlocuteur s’il est courtier et combien de marques il représente, si la réponse est une seule marque alors vous saurez que vous devrez faire vous-même le tour de la concurrence… Si la réponse n’est pas claire ou s’il est mal à l’aise, fuyez.

Informez-vous sur le statut des frontaliers avant de rentrer en contact avec les professionnels

C’est probablement le meilleur moyen de ne pas se faire compter fleurette.

Vous trouverez sur cette page pas mal d’informations :

Et vous, en tant que travailleur frontalier, quelles ont été vos relations avec les professionnels des assurances en France ? Quelques anecdotes à raconter ?

 

PARTAGEZ
600x150boostez-votre-carrierejpg

Commentaires

  1. a écrit

    Moi ce que j’aimerais savoir c’est comment les assurances privées (mutuelles) pour frontaliers traitent les « conditions pré-existantes ». Par example, si vous avez eu le cancer il y a 10 ou 15 ans, ou le diabete, par example, est-ce-que cela vous exclu automatiquement comme c’est le cas aux USA?

    Merci bien!

    • a écrit

      @Jérome
      Concernant les frontaliers, le passé médical est d’autant plus important pour les compagnies d’assurance qu’elles proposent des contrats dits au 1er euro (cela signifie que la compagnie se substitue au régime de la sécurité sociale et que l’assurance qu’elle propose inclut l’équivalent de la Sécu et d’une complémentaire, d’où son nom assurance maladie privé).
      Le questionnaire médical permet de détecter les pathologies graves, de sorte à soit les exclure, soit sur-tarifer l’assurance.
      Les investigations médicales dépendent des compagnies :
      - certaines vont aborder des thèmes et pathologies que d’autres n’aborderont pas
      - certaines vont demander des antécédents plus long que d’autres (chez certaines ce sera 5 ans, d’autres 10 ou 15 ans).
      Informations fournies par le courtier spécialisé frontalier Vigny-Depierre

  2. Philippe a écrit

    Bonjour

    David, Je suis d’accord avec Jérome, ce n’est pas forcément bien clair car comme vous écrivez concernant les assurances privées « cela peut être la seule solution d’assurance possible (notamment si votre état de santé n’est pas bon). »
    ==> Hors : le questionnaire santé de ces assurance est très précis et aborde l’ensemble du passé médical, le présent et les actions à venir ( opérations, examens etc…), ce qui est normal
    ==> La question est donc, qu’en est-il de ces assurances et de leur positionnement face à un cas de cancer ancien, d’un diabète, d’un traitement de longue durée en cours etc….

    Je vais parler de mon expérience : ( merci David d’avoir relancer le sujet car je devais faire un commentaire sur le sujet et je ne l’ai pas fait, ce qui est maintenant corrigé)
    Je suis travailleur frontalier depuis le mois de mai 2009 et j’ai du trouver une assurance santé. J’ai utilisé le service de demande de devis d’assurance frontalier en ligne, et j’ai été très content et satisfait de la prestation. J’ai été rappelé par une personne dans l’heure qui suivait et cette même personne c’est d’abord excusée de rappeler si tard car d’habitude elle le fait dans les 15 mn maxi !!!
    ==> J’ai eu 3 propositions détaillées 4 h après.
    ==>J’ai eu cette personne au téléphone et par mail de nombreuse fois, nous avons beaucoup discuté et écrits autour de mon cas personnel de façon cibler au mieux les centres de dépense ( lunette, dents etc. …) pour trouver le meilleur compromis.
    ==> Nous avons fait beaucoup de modifications, beaucoup d’échanges et jamais je n’ai senti de pression de sa part pour accélérer ma décision ni d’agacement suite à nos échanges qui duraient. Bref ce courtier est composé de personnes de qualité, disponibles, agréables, professionnelles : en gros elles font leur travail !!!
    ==> BILAN :

    je recommande l’utilisation de cette demande de devis en ligne.

    cela n’empêche pas de chercher ailleurs pour avoir des devis comparatifs.

    le prix n’est pas négociable contrairement à d’autres courtiers indépendants.

    je suis passé par ce courtier pour mon assurance santé.

    je suis satisfait de la réactivité au quotidien de la gestion de mon dossier santé.

    Ceci étant dit et pour revenir à ce que disait Jérome :
    J’ai du réaliser un examen de routine type endoscopie, en anesthésie générale, en ambulatoire et j’ai eu un mal fou à obtenir l’accord de prise en charge de l’assurance ce qui ma beaucoup gêné et fait posé de questions pour l’avenir en cas de problème de santé :

    Ne vais je pas être radié un jour si j’arrive avec une maladie grave et un traitement de longue durée et couteux ?

    Que va devenir ma cotisation ?

    En cas de maladie va t’elle être prise en charge à 100% ?

    Vais je être couvert pour cette maladie ?
    Bref, beaucoup de questions que je suis en train de poser à mon assurance auxquelles je souhaite qu’elle me réponde et me formalise par écrit. Malheureusement les exemples de radiations et de non prise en charge du a des maladies existent…..

    Bonne Journée à Tous

    Philippe

    • a écrit

      J’ai demandé à la société Vigny-Depierre avec qui je travaille d’apporter une réponse à cette question. Je reviens avec une réponse au plus vite.
      Sinon effectivement lorsque j’écris que cela peut être la seule solution d’assurance, il est certain qu’en cas de pathologie grave, les compagnies d’assurances santé privées pour frontalier ne vous prendront pas toujours. Est c’est aussi un des autres intérêt du courtier, dans la mesure où il peut, dans certains cas, trouver une compagnie un peu moins « à cheval » sur telle ou telle pathologie.
      Si aucune compagnie privée ne veut vous assurer, alors il reste toujours la CMU pour frontaliers (qui a l’avantage de vous prendre quel que soit votre état de santé, mais une complémentaire sera nécessaire) ou la LAMal frontalier (régime suisse) pour laquelle il n’y a pas de questionnaire santé non plus.

      • Leddak a écrit

        Bonjour,

        j’ai une petite question au sujet de ce que vous écrivez sur les questionnaires pour la Lamal en Suisse comme quoi il n’y en a pas à remplir…. mais je sais que certaines assurances pour frontaliers en Suisse proposent des complémentaires et je voulais savoir si il y avait un questionnaire à remplir dans ce cas là car ma fille de 4 ans va devoir faire de la psychomotricité et je ne sais pas si ça va m’être remboursé ou pas. on m’a dit que peut être avec une complémentaire ça l’était…. Est-ce que vous avez déjà entendu parlé de ça???
        Merci d’avance

        • a écrit

          Bonjour,

          Il est possible d’avoir une complémentaire pour une assurance frontalier LAMal, mais dans ce cas la complémentaire ne remboursera que les soins sur Suisse. Par ailleurs, dès lors que vous déclarerez dans votre questionnaire médical le fait que votre fille devra faire de la psychomotricité, elle exclura du champ d’assurance tous les soins qui en découlent. En clair, ces soins seront à votre charge s’ils ne sont pas pris en charge par la LAMal. Pour savoir si la LAMal prend en charge ou non, je vous invite à écrire à l’Office fédéral de la Santé Publique dont vous trouverez le lien sur notre page Assurance santé en Suisse.

  3. a écrit

    Pour répondre aux questions qu’un travailleur frontalier pourrait se poser sur l’assurance santé, j’ai décidé d’écrire un billet par semaine sur ce sujet en reprenant une thématique précise à chaque fois (le questionnaire médical, le délai d’attente, le poste « optique »…).
    Au moins nous irons dans le détail.

  4. KIKI a écrit

    bonjour
    j’ai une quetion a vous poser , actuellement je vie en suisse a bienne car je travaille , j’ai un permis B , je réside la semaine en suisse et je rentre tout les week en france je devrais etre frontaliere , je dois changé mon permis en G .
    au sujet de mon assurance maladie : actuellement j’ai une assurance assura ,j’aimerai savoir si je peux resilier mon assurance suisse pour obtenir une assurance frontalier en france , car je vais changé de permis je vais faire le G
    MERCI DE VOTRE REPONSE

  5. KIKI a écrit

    bonsoir

    au sujet de mais impots je dois les payés en suisse ou en france ou suisse et france
    actuellement on me préleve a la source . pour mon assurance je peux la résilier tout suite ou je dois finir l’année

    merci

  6. Lionel a écrit

    Bonjour,
    Le régime de l’assurance privée en france n’est valable pour les frontaliers que jusqu’en mai 2014: A priori nous devrons obligatoirement nous assurer à la CMU avec une cotisation très élevé ou pourra-t-on passer à la LAMAL ?
    Pensez vous qu’il y aura encore un délai pour l’application de cette loi ?

    • a écrit

      @Lionel : Aujourd’hui, en l’état actuel des choses, vous devrez passer à la CMU, si effectivement le régime privé disparaît en 2014 (ce qui est probable, mais pas complètement acquis). Mais je considère que cette solution reste toujours la meilleure, car des travaux législatifs sont de toute façon en cours, côté France et côté Suisse, pour que les frontaliers puissent s’assurer dans des conditions « normales ».
      Le Groupement transfrontalier européen, qui a repoussé le délai à 2014 (à l’origine, la loi prévoyait la disparition du régime privé en 2009 je crois) est sur le coup. Je connais bien la juriste qui est en charge du dossier, c’est une pointure qui devrait faire en sorte que les frontaliers ne soient pas trop lésés.
      Restez confiant, car dans les faits, la CMU et le régime suisse LAMal ne conviennent qu’à une minorité de personnes (et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle 90% des personnes souscrivent le régime privé. Par ailleurs, on peut considérer qu’ils représentent une inégalité profonde (je ne suis pas juriste, mais par exemple, la LAMal pour frontalier ne permet pas d’avoir de franchise, alors que les résidents en Suisse peuvent en avoir). Et ceci ne pourra pas passer, à mon sens, sur le plan législatif…. ni dans la pratique.

  7. Gigi a écrit

    Bonjour,
    Je réside sur France depuis peu, tout en travaillant en Suisse. Je désire m’assurer médicalement sur France mais, hélas, je suis en ce moment en thérapie, thérapie qui coûte assez cher à mon assurance suisse. Est-il envisageable de m’assurer quand même auprès d’une assurance privée française, ou dois-je laisser tomber et garder mon assurance suisse actuelle (qui va me demander 170.- de plus par mois, passant à 450.-, de par mon statut de frontalier)? Je suis désespéré car je n’ai vraiment pas les moyens de payer un tel supplément…
    Et, si je garde mon assurance Suisse, pourrais-je augmenter ma franchise de 300.- (-> 2500.-) une fois ma thérapie terminée afin de faire baisser les coûts, où est-ce qu’elle va demeurer bloquée ?
    Merci d’avance pour votre réponse.

    • a écrit

      @Gigi : Bonjour,
      Malheureusement, si vous décidez de souscrire au régime d’assurance suisse LAMal pour frontaliers, vous n’aurez pas la possibilité de bénéficier du système de franchise… Et par ailleurs, les assurances complémentaires ne fonctionnent que pour les soins en Suisse (ce qui semble être le cas pour vous).
      Concernant les assurances maladie privées, il existe dans certains cas ce qu’on appelle des délais de carence (période pendant laquelle vous ne serez pas assurée). Et beaucoup de compagnies ne vous assureront pas selon votre pathologie. Mais la bonne nouvelle, c’est qu’heureusement il existe des contrats d’assurance adaptés pour les personnes dans votre cas, et nous en avons parlé il y a quelques mois dans ce billet : santé frontalier : comment s’assurer quand on a des problèmes de santé ?.
      Nous avons également sur Travailler-en-Suisse.ch un service qui vous permet d’être mis en relation avec des professionnels de l’assurance pour bénéficier de conseils et devis gratuits : dans votre situation, je pense que c’est nécessaire, ça vous fera gagner du temps.
      Tenez-nous informé de la suite.

  8. Gigi a écrit

    Bonjour,
    Merci pour votre réponse. Je vais donc de suite contacter vos spécialistes de l’assurance santé, en espérant qu’ils arriveront rapidement à me trouver une solution adéquate.
    Meilleurs messages.

  9. Montanin a écrit

    « Un courtier, contrairement à un agent général, représente plusieurs marques différentes (Swisslife, MMA, Allianz, Alptis…). De fait, il vous fera gagner un temps fou en vous évitant d’aller vous même voir 5 ou 6 compagnies différentes, il vous apportera un conseil réellement objectif, et surtout vous ne payerez pas plus cher, leurs services sont gratuits. »

    Le service d’un courtier n’est jamais gratuit. ce dernier touchera une commission sur la cotisation que vous allez verser à l’assureur (entre 10% et 25%). C’est pourquoi il est parfois plus économique de s’adresser directement à une mutuelle ou un assureur.
    De plus, je peux vous dire que le courtier travail généralement avec une seule compagnie. Il a bien d’autres offres « en magasin » mais ne commercialise ou oriente ses clients vers l’offre qui lui apporte la commission la plus élevée du moment. Avant que certains s’insurge contre ces propos, je tiens à préciser qu’il sont avérés (je travail dans le milieu de l’assurance) et que certains courtiers procèdent de la sorte; heureusement il existe d’autres courtiers qui prennent leur devoir de conseil plus au sérieux et essayent vraiment d’orienter le client dans son (celui du client) intérêt.
    Foncer chez le premier courtier venu n’est donc pas un gage de réussite dans la souscription d’un produit d’assurance.

    • a écrit

      @Montanin : en matière d’assurance santé frontalier, dire que la commission des courtiers sera répercutée sur la note des clients est une information fausse, c’est une rumeur qui a été soigneusement orchestrée par les différents acteurs qui se livrent une lutte féroce sur ce marché.
      En tant que professionnel, je suis d’ailleurs étonné que vous en fassiez l’écho. Que vous passiez par un agent général d’assurance ou un courtier, votre assurance maladie aura exactement le même coût.
      D’ailleurs, au passage, les agents généraux touchent également des commissions.
      Concernant les courtiers, il y a effectivement différentes tailles et catégories de courtier. Que ce soit dans mon livre ou dans le blog, je conseille d’aller voir les courtiers de taille importante.
      De mon côté, je travaille notamment avec Vigny-Depierre assurances, qui est agent général et courtier, et capable de proposer au moins 3 devis d’assurance maladie frontalier d’au moins 3 compagnies. Et ils travaillent avec, au minimum, 7 compagnies différentes.
      Il existe il est vrai des dérives (que je dénonce d’ailleurs dans ce billet) de la part de courtiers qui se disent courtier en n’ayant qu’une seule compagnie à proposer… Un non sens.
      Il faut juste savoir où on met les pieds.
      Sur le fond, aller voir un agent général (qui propose les produits d’assurance d’une seule marque) peut vous être très bénéfique, il faudra simplement aller faire ensuite le tour de la concurrence. Ce que vous évite précisément le courtier.

  10. Montanin a écrit

    Je suis d’accord avec toute la suite de votre billet sauf le démarrage :

    « en matière d’assurance santé frontalier, dire que la commission des courtiers sera répercutée sur la note des clients est une information fausse, c’est une rumeur qui a été soigneusement orchestrée par les différents acteurs qui se livrent une lutte féroce sur ce marché »

    Pour tout vous dire, je m’occupe des tarifications des produits santé et prévoyance, en particulier destinés au frontalier. Une fois qu’on a calculé le coût du risque, on ajoute une marge de sécurité, les taxes et les frais de gestion ainsi que les coût de distributions (la commission du courtier par exemple).
    Selon la politique de la compagnie d’assurance, il est vrai qu’on trouvera parfois exactement le même produit au même prix car l’assureur imposera au courtier une remise identique à celle qu’il distribue à ses agents. Par contre c’est moins vrai pour les mutuelles sans intermédiaires, les institutions de prévoyance ou les petites compagnies pour qui la diffusion via le courtage vient se greffer en plus de leur réseau de distribution historique qui reste à leur charge.
    Pour résumer je dirais qu’il est possible que la commission de courtage soit plus ou moins transparente pour le client final, mais en aucun cas le courtier ne travail gratuitement… sinon je serais curieux de connaître le modèle économique qui permettrait à un courtier de vivre de la vente de produit d’assurance sans rémunération.
    Sincères salutation

    • a écrit

      @Montanin : merci pour ces précisions. Vous dites, si je résume, que seules les « mutuelles sans intermédiaires, les institutions de prévoyance ou les petites compagnies » autorisent les courtiers à augmenter le prix de vente des assurances santé. Ca tombe bien car dans mon livre ou dans ce blog je conseille vivement aux clients de fuir ce type d’acteurs et de préférer les compagnies et courtiers d’assurance de grande taille.
      Concernant le modèle économique des courtiers, il est bien clair que personne ne travaille pour rien, mais en l’occurrence il y a 2 manières de faire : se rémunérer sur le dos des clients, ce que font parfois les « petits » acteurs, ou se faire payer par les compagnies d’assurance, et dans ce cas c’est totalement gratuit pour le client : c’est bien sûr avec ce type d’acteur que je travaille et vers qui il faut aller. En matière d’assurance santé frontalier ou crédit immobilier en devise, le client n’est pas impacté (du moins avec les acteurs que je préconise).
      D’ailleurs, ceux qui s’intéressent à ce sujet pourront jeter un oeil sur le billet Attention aux faux courtiers en assurance santé.

  11. Vincent et Jessica a écrit

    Bonjour David,
    Je suis français et ma PACWoman (on est PACSé :o) est américaine. Nous travaillons en Suisse (Basel) depuis 5ans.Nous achetons en France dans quelques semaines et sommes en recherche « active » d’assurance santé. Nous voulions savoir si il est possible de souscrire une assurance privée en France puis en cas de suspension de l’accord en Mai 2014, repasser en assurance privée Suisse pour frontalier (i.e nous avons trouvé un produit « Mondial » Frontalier Sympany par example). Nous n’avons pas trouvé d’informations sur ce cas précis et il semblerait que peu de frontalier recourt a une assurance privée suisse. Merci d’avance.

    • a écrit

      @Vincent et Jessica : bonjour à tous les 2. Le cas que vous décrivez est assez typique du manque d’information que donnent la plupart des compagnies d’assurance.
      Le droit d’option permet aux frontaliers qui résident en France de choisir entre 3 régimes (LAMal pour frontalier, CMU, et régime privé d’assurance maladie de droit français). Les travailleurs frontaliers en Suisse qui habitent en France sont plus de 90% à choisir le régime d’assurance maladie privé de droit français.
      Je ne connais pas le produit que vous mentionnez en exemple, mais j’ai regardé leur site. Comme les informations données ne sont pas très claires, je ne peux vous affirmer avec certitude ce qui va suivre, mais j’en suis presque certain :
      Le produit proposé n’est pas un produit d’assurance maladie obligatoire (LAMal, et donc de droit fédéral), mais une assurance de droit privé suisse, qu’on pourrait qualifier d’assurance internationale, ce qui ne correspond à aucune des 3 catégories. Du coup, je vais demander à une experte du domaine que je connais pour voir comment cela se passe d’un point de vue de l’obligation de s’assurer, et du retour à 2014.
      De mon point de vue, demandez un devis pour une assurance santé privée de droit français, vous aurez ainsi l’équivalent d’une protection du régime de sécurité sociale française + mutuelle. Je travaille pour ma part avec des professionnels de l’assurance maladie très sérieux et vous pouvez demander gratuitement du conseil et plusieurs devis.
      En revanche dans ce cas, en l’état actuel des choses, si rien ne change avant 2014, vous serez basculé sur le système CMU. Mais selon les informations à disposition, le droit devra obligatoirement changer. Par ailleurs, le Groupement transfrontalier européen fait régulièrement pression pour que le système privé soit reconduit (l’association est à l’origine du 1er report en 2014).
      Je reviens vers vous avec d’autres informations. Vous pouvez aussi vous renseigner sur notre site Travailler-en-Suisse.ch sur l’assurance santé frontalier en Suisse.

  12. Vincent et Jessica a écrit

    Merci pour ta réponse rapide et tes conseils.

    Comme tu l’as compris, notre principale soucis est d’éviter de devoir payer 8% a la CMU si les négociations échouent en 2014. C’est pourquoi nous explorons l’option régime privé d’assurance maladie par Sympany.

    Comme nous l’avons lu, le droit d’option permet aux frontaliers 3 régimes (LAMal pour frontalier, CMU, et régime privé d’assurance maladie de droit français). Comme expliqué, nous en avons trouvé un autre : regime privé d’assurance maladie en suisse mais hors Lamal (Mondial » Frontalier Sympany).

    Au téléphone, la conseiller Sympany m’a assuré que l’on pourrait repasser en Lamal depuis leur produit privé. Ce que je trouve étrange (la résiliation est théoriquement définitive) mais peut être logique dans la mesure ou leur produit n’est pas de droit français donc nous ne serions pas soumis a la CMU dans le cas ou les négociations échoues.

    Merci d’avance pour tes conseils éclairés.

    Cordialement,
    – Vincent et Jessica

    • a écrit

      @ Vincent et Jessica : en fait, le conseiller Sympany a peut être raison, mais il n’a pas forcément intérêt à vous dire le contraire. En fait, le produit proposé ne faisant partie d’aucun des 3 régimes possibles (pour moi il s’apparente plus à une assurance internationale), cela signifie, d’après la loi, qu’il faut que les autorités cantonales acceptent ce type d’assurance comme étant valide.
      Or, bien que connaissant le sujet, je ne suis actuellement pas en mesure d’apporter une réponse à cette interrogation. Pour ma part, je pencherai plutôt vers le « non », mais il existe parfois des souplesse plus ou moins importante selon les cantons. J’attends la réponse de l’experte dont je vous ai parlé. En attendant, si vous n’êtes pas pressé par le temps, ne prenez aucun décision.

  13. sab a écrit

    bonsoir

    Moi ce que j’aimerais savoir , je travaille en suisse je réside la semaine en suisse et je rentrer chez moi en france une fois par semaine ( permis G ) , j’ai une assurance maladie en suisse j’aimerai annulé mon assurance suisse pour avoir une assurance en france est ce que c’est possible
    j’ai une deuxieme question je peux payé met impots en suisse et en france

    merci d’avance

    • a écrit

      @sab : à partir du moment où vous avez fait votre choix, et dépassé les 3 premiers mois, il ne vous est malheureusement plus possible de revenir en arrière. Pour que cela soit possible, il faudrait que vous changiez de statut (que vous repassiez par exemple résidente en Suisse) et repreniez le statut de frontalier.
      Concernant les impôts, je ne comprends pas votre question, mais vous invite à jeter un oeil sur la page « Impôts en Suisse » de notre site Travailler-en-Suisse.ch.

  14. Philippe B. a écrit

    Bonjour,

    Je suis français, j’habite Paris et suis marié depuis juillet de cette année avec une suisse.

    Pour encore quelques semaines elle est domiciliée chez ces parents (Baar – canton de Zug). Elle déménagera officiellement à Paris tout en gardant son travail à Zurich (elle est hôtesse chez Swiss).

    Habitant alors Paris, pourra-t-elle bénéficier du statut de frontalier ?

    Pour l’instant, en terme de santé, elle souhaite pouvoir continuer d’aller chez son dentiste en Suisse et d’être suivie par son médecin habituel (qui pratique la médecine douce) cela sera t il possible en habitant en France ?

    Par avance merci pour votre réponse.

  15. Maria a écrit

    Bonjour,

    Je suis Suisse et je travaille et vit à Genève. Dans quelques mois je serai résidante en France. Actuellement assurée en Suisse, pourrais-je choisir entre les 3 régimes possibles et si oui, sera-t’il possible de résilier mon assurance Suisse dès que je devient résidente en France?

    Merci d’avance.

    • a écrit

      @Maria : Bonjour,

      Dès lors que vous changez de statut (résidente -> frontalière), vous changez obligatoirement de régime. Du coup, vous aurez effectivement le choix entre les 3 régimes d’assurance santé frontalier différents. La résiliation de votre assurance suisse LAMal se fera de manière quasi instantanée à présentation des justificatifs de départs (notamment l’avis de la commune).
      Retrouvez plus d’informations sur l’assurance santé frontalier sur le site Travailler-en-Suisse.ch

  16. fifi a écrit

    Bonsoir

    actuellement je travail en suisse je réside a la semaine je rentre 1 fois par semaine en france , ( permis G )
    dont j’ai souscrt une assurance frontalier , etant donné que j’ai un permis G ,
    (avant d’avoir un permis G j’avais un permis B )
    j’ai recu un courrier de mon assurance en suisse en me disant que je dois avoir une assurance en suisse
    alors j’aimerai savoir si je dois avoir une assurance en france ou en suisse

  17. lahsen a écrit

    bonsoir a tous
    je travaille dans le canton de Vaud et je réside enFfrance;actuellement je n’ai tjrs pas souscris d’assurance maladie(mutuelle) frontalier.je souhaiterais connaitre la meilleure option pour assurer ma famille et moi (3 enfants de mois de 12 ans…
    LamaL?
    CMU?
    Privé ?
    que dois je faire et pourquoi merci ?
    PS:cela fait 1 an et demi que je travailles et je n’ai jamais contacté ni été contacté ni rempli de questionnaire comme il est dit pour l’obligation et l’affiliation automatique au bout d’un certain temps…je n’avais pas de mutuelle en France non plus depuis longtemps car mes moyens ne me le permettaient pas .

  18. Jo a écrit

    Bonsoir,

    Je suis Français, je travaille depuis début mars en suisse, je suis la semaine chez ma copine qui est donc suisse, et je retourne en France presque tous les week-end.
    Mon domicile est celui de ma mère, en France.
    J’étais assuré grâce à l’assurance maladie de mon père (la Camieg), qui est décédé il y a 3 ans, et cet assurance s’est arrêté à mes 21ans.
    Depuis j’ai essayé de faire maintenir mes droits à mon cette assurance, ainsi que essayé de m’inscrire à une autre, sans réussite. On me dit qu’à partir du moment que je travail en suisse, je n’ai plus le droit.
    Je n’ai pas de permis de travail puisque mon contrat dure moins de 90jours.
    Que dois-je faire?
    Assurance Suisse? Assurance Privée? ou quelle Assurance Française?
    Donnez-moi votre avis?
    Merci d’avance

  19. fifi a écrit

    bonjour

    actuellement je travail en suisse je réside a la semaine je rentre 1 fois par semaine en france , ( permis G )
    dont j’ai souscrit une assurance frontalier , etant donné que j’ai un permis G ,
    (avant d’avoir un permis G j’avais un permis B )
    j’ai recu un courrier de mon assurance en suisse en me disant que je dois avoir une assurance en suisse
    alors j’aimerai savoir si je dois avoir une assurance en france ou en suisse

    oui j’ai déclaré aux autorité cantonale , le probleme c’est que j’ai envoyé mon courrier trop tard , je ne savais pas qu’on avait un delai de 3 mois , j’ai demandé d’avoir une exemption de l’assurance en suisse ils ont refusé , je suis obligé de payé une assurance en suisse , actuellement je paye 2 assurances en suisse et en france , y a t- il une autre solution j’aimerai paye mon assurance en france

    merci de votre réponse

  20. fifi a écrit

    .bonjour

    actuellement je travail en suisse je réside a la semaine je rentre 1 fois par semaine en france , ( permis G )
    dont j’ai souscrit une assurance frontalier , etant donné que j’ai un permis G ,
    (avant d’avoir un permis G j’avais un permis B )
    j’ai recu un courrier de mon assurance en suisse en me disant que je dois avoir une assurance en suisse
    alors j’aimerai savoir si je dois avoir une assurance en france ou en suisse

    oui j’ai déclaré aux autorité cantonale , le probleme c’est que j’ai envoyé mon courrier trop tard , je ne savais pas qu’on avait un delai de 3 mois , j’ai demandé d’avoir une exemption de l’assurance en suisse ils ont refusé , je suis obligé de payé une assurance en suisse , actuellement je paye 2 assurances en suisse et en france , y a t- il une autre solution j’aimerai paye mon assurance en france

    pouvez vous me répondre SVP merci

  21. Christine a écrit

    Bonjour,
    Mon mari va travailler à Bâle et nous vivrons à Mulhouse. De mon côté, je vais peut-être être indemnisée par Pôle Emploi au titre d’une démission dite légitime car effectuée pour suivre mon conjoint. Je n’aurai pas la réponse avant octobre, novembre voire décembre. Si je suis indemnisée, cela signifiera un rattachement à la sécurité sociale pour moi et nos 4 enfants. En attendant la réponse de la commission, nous allons devoir prendre une assurance privée frontalier car notre famille ne sera plus couverte à partir de fin septembre. Peut-on résilier une telle assurance au bout de 1 ou 2 mois pour moi-même et mes enfants (en la maintenant pour mon mari) si je réintègre le régime général de la sécurité sociale, ou bien est-on engagé pour une année d’office ?

    Un grand merci pour votre avis.

  22. malaguti a écrit

    Bonjour,
    personneleemnt je viens de demenager de suisse vers la france (retour a la mere patrie), et je me suis clairemnt faite arnaquee par une assurance frontalier bien connue. lors du devis je leur ai demandé s’il y avait un delai de carence et, par mail j’ai recu en reponse que non. 3 jours avant notre demenagement j’ai recu un papier m’indiquant un delai de carence. Pensant a une erreur, j’ai contacter l’assurance en question, 2 heure au telephone pour avoir un repsonsable qui finalement me dit que c’est le conseiller qui s’est trompe et que c’est comme ca et puis c’est tout. sinon je pouvais aussi rompre omn contrat (vu le temps que ca prend pour faire un contrat d’assurance, j’avais surement la possibilité de m’inscrire ailleur et d’etre remboursee etc etc dans les trois jours qui suivent…) j’ai du accepter la situation mais croyez bien que des que possible, je change de compagnie, ce sont des malhonnetes, non professionnels qui refusent d’assumer leur erreurs… si vous le souhaitez je me ferai une joie de vous communiquer leur nomen privé.
    salutations

  23. olivier a écrit

    Bonjour,
    Je suis frontalier depuis 2005, j’ai aujourd’hui 41 ans et avait souscrit une assurance santé auprès d’une compagnie depuis cette date (je ne la citerai pas car je ne sais pas si c’est permis) Ayant cette année changé de banque, j’ai été démarché par ma conseillère pour changer d’assurance santé au profit d’une bien connue proposée par un groupe de banque. Les conditions sont pratiquement identiques, seul le tarif et l’obtention d’une carte paiement pour avance des frais est plus avantageuses.
    Mon ancien assureur ayant reçu la résiliation, il m’a bien sur contacté pour tenter de me faire renoncer à ma nouvelle souscription. Aussi il a posé plusieurs arguments que j’exposerai brièvement:
    1/ avec mon nouveau contrat je perds les conditions viagères que j’avais acquises avec mon ancien assureur (3 ans de mise à l’épreuve?)
    2/ ayant résilié et restant couvert jusqu’au 1/02/2012 date de début d’effet du nouveau contrat, je prends un risque « énorme » en cas de pépin de santé.
    3/ Le questionnaire de santé rempli au mois de septembre n’est plus valide et s’il m’arrive des gros ennuis de santé avant le début de mon nouveau contrat, mon nouvel assureur pourrait refuser de me couvrir et m’exclure.
    4/ si je le veux, je peu renoncer à la prise d’effet de mon nouveau contrat (bien que le délais de rétractation soit largement dépassé)

    Alors je suis bien conscient que mon ancien assureur n’est pas content de me perdre et tente de me garder. Mais malgré tout, il n’a peut être pas tort sur toute la ligne. Aurais-je pris la mauvaise décision?Pensez vous pouvoir apporter des éléments de réponse aux 4 questions posées?

    J’espère que mon post n’est pas trop long ou incompréhensible et qu’il pourra servir à d’autre.
    Merci et sincères salutations

    • a écrit

      Bonjour,

      Compte tenu de l’aspect un peu technique de votre question, je me suis tourné vers notre partenaire Vigny-Depierre pour pouvoir vous formuler une réponse.
      Voici donc ce qu’il faut en penser :
      1/ Certains contrats ont des conditions viagères et d’autres malheureusement ne le sont qu’au bout de 2 ou 3 ans de délai.Il faut bien évidemment privilégier les contrats viager au premier jour. C’est la certitude d’être assuré aujourd’hui et demain. Il faut donc bien vous renseigner auprès de votre nouvelle compagnie d’assurance.
      2/ Oui et non. Si votre contrat actuel vous couvre jusqu’au début de votre futur contrat, il n’y a pas de risque. En cas d’interruption de couverture entre les 2 contrats, les dépenses de santé seraient à votre charge.
      3/ Lors d’une souscription, il faut mettre en place la nouvelle garantie et faire effectivement valider le questionnaire médical.La validité de ce questionnaire médical varie d’une compagnie à une autre (lors d’une reprise d’un contrat d’une compagnie concurrente, c’est souvent 3 mois). Il faut arriver à lier 3 paramètres suivants : date d’effet du contrat, validité du questionnaire médical et période de résiliation. Dans votre cas en effet si la validité du questionnaire médical est dépassée et qu’il vous arrive un problème médical, votre nouvelle compagnie pourrait vous refuser.
      4/ Pour ce point, nous devons nous renseigner plus précisément mais apparemment, passé le délai légal de 14 jours à la signature, sauf complément médical et/ou majoration, vous ne pourrez pas revenir sur votre nouveau contrat. J’attends une confirmation de la part de Vigny-Depierre sur ce point et je vous redis.
      En cas de besoin, vous pouvez demander un devis pour une assurance santé frontalier sur notre site Travailler-en-Suisse.ch.

  24. Pasquet Bruno a écrit

    Bonjour, J’ai 26 ans. Je travaillais en France jusqu’ au mois d’octobre. Je travail actuellement pour des agences de placements en personnel sur Lausanne. J’ai effectué 2 missions pour 2 agences différentes. J’ai reçu ma carte AVS peut de temps après ma première mission. Je n’est encore pas démarché les assureurs ni la sécurité sociale.   J’ai signé un contrat de travail à durée indéterminée sur Genève. Je démarre mon poste le 04.01.12. Je serais en possession d’un permis L90 durant la période d’essaie. Je passerai avec un permis G par la suite.   Je suis novice dans ce domaine. Car jusqu’ là j’étais pris à 100% pour une ALD. JE SUIS DIABÉTIQUES SOUS POMPE À INSULINE.   J’ai vraiment besoin d’aide, car j’ai crû comprendre que j’avais 3 mois pour faire mon choix et je travail en suisse depuis octobre.   Selon vous quelle serait là meilleure solution d’assurance pour mon cas. Pourriez vous m’éclairer sur les différentes démarches à suivre suite au choix que vous me proposerez.   Merci de votre écoute.

    • a écrit

      Bonjour,

      Il existe des contrats d’assurance santé privé spécifiques pour votre situation (des contrats dits solidaires). Ils sont plus coûteux que les contrats traditionnels, mais il n’y a pas de questionnaire médical à remplir.
      Je vous invite à faire une demande de devis santé frontalier sur notre site Travailler-en-Suisse.ch, un professionnel vous conseillera. Les devis sont bien sûr gratuits.

  25. Pasquet Bruno a écrit

    Je vous remercie de votre réponse. Je craint que mon cas soit trop complexe. Je me suis rendue chez ‘Allianz’ voir un conseiller ‘Vigny-2pierres’. Il ma bien parlé de ses contrats. Mon traitement par pompe à insuline étant très lourd et très coûteux (+/- 3000Eur par mois tout compris : location pompe,consommables pompe, insuline, bandelettes, diabétologue tout les mois…). J’ai trouvé tous mes renseignements là bas. Je resterai donc affilié à la CMU de base avec une complémentaire solide. Perso je paierait 480 EUR chaque trimestres à la CMU et 80 EUR par mois pour la complémentaire avec une couverture à 500% sur le dentaire. Tout ce que je cherchais… Merci encore pour ce blog très pratique.

  26. kas_triot a écrit

    bonjour, je travail en suisse depuis un an et je ne c’es pas qu’elle assurance santé choisir je suis avec ma femme et mon enfant qui vient de naître. Pourriez vous m aider

  27. Christine GERTSCH a écrit

    Bonjour
    Suissesse sur le point de m’établir en France, je m’apprête à conclure une assurance privée (couverture France + Suisse), par le biais d’un bon courtier mentionné sur votre blog. Cependant, il ne peut me renseigner sur deux points: 1) a quoi fait on référence quand on parle de « classe 2 Tarmed » (aucune mention sur les sites suisses consacrés au Tarmed, et travaillant moi même comme prestataire de soins rattachée au Tarmed, je n’ai jamais entendu parler de cette classe 2).
    2) avec une couverture à 150, 200% etc en hospitalisation en Suisse, est-on de fait assuré en semi privé ou en privé? Impossible de trouver le prix d’une journée d’hospitalisation en clinique en Suisse!
    Merci d’avance de toute information

    • a écrit

      Bonjour Christine,

      Je n’ai pas non plus de réponse à votre question. Le mieux serait que le courtier pose directement la question à la compagnie d’assurance qui commercialise le produit. Je suppose qu’il vous a proposé quelque chose dans ce sens, ou bien êtes-vous restée avec questions ?

  28. Olivier a écrit

    Bonjour,
    Existe-t-il une assurance frontalier qui couvre les voyages non professionnel de plus de 1 mois en dehors de l’Europe?

    Je suis actuellement assuré chez Swisslife, qui ne couvre qu’en Europe (contrairement à ce que m’avait dit le courtier…) et je passe plusieurs mois par an hors Europe.

    Merci

  29. Jean-Philippe a écrit

    Bonjour David,

    Tout d’abord, sans vouloir faire de pub, merci pour votre livre qui contient nombre de détails et informations complémentaires. A dévorer un peu plus chaque jour.
    Cependant, comme beaucoup d’entre nous, je reste bloqué au chapitre 10!
    En effet, comme mentionné sur votre blog, et plus haut, il semble que la date fatidique de juin 2014 soit entérinée si ce n’est irrévocable.
    De fait, lorsque l’on effectue un calcul de sa prime actuelle CMU (et pire encore si il y a augmentation jusqu’à 13,5% !), on se demande comment il encore intéressant de tenter de prendre une assurance privée, en sachant donc les risques encourus dans 2 ans…
    Car à cette prime ‘de base’ il faudra ajouter une complémentaire santé, qui sera loin d’être donnée. Et donc à mon umble avis le coût sera exorbitant.
    Donc n’est-il pas judiceux (sécurisant) de partir aujourd’hui sur une assurance LaMal frontalier ?
    Ayant 3 enfants (tous porteurs de lunettes), j’ai remplis une demande de devis. Mais j’aimerai votre avis éclairé.
    Merci.
    Cordialement.

    • a écrit

      Bonjour Jean-Philippe,
      C’est une question très difficile. A mes yeux, la LAMal frontalier représente également un danger non négligeable car les Caisses font, contrairement à ce qui se passe pour les résidents en Suisse, n’importe quoi avec les montants des primes, certaines caisses ayant même doublé la prime pour les frontaliers (Helsana en 2008 par exemple).
      Le système, tel qu’il est actuellement prévu en 2014 n’est pas tenable pour la plupart des frontaliers : le Groupement transfrontalier européen travaille dur, et notamment les députés, pour proposer des solutions alternatives, voire maintenir le régime d’assurance santé frontalier. Nous en serons plus d’ici quelques mois je pense.
      Pour revenir à votre cas, si vous n’avez pas de famille nombreuse, et si vous êtes en bonne santé, une assurance maladie privée me semble toujours être une bonne option.

  30. olivier a écrit

    Bonjour

    J’ai une question concernant le calcul de la CMU pour les frontaliers :
    J’ai bien noté qu’il s’agit du revenu fiscal de référence de n-1 sur lequel un abattement de 9029 euros est appliqué x 8% actuellement….
    Mais s’agit-il du revenu fiscal de référence global du foyer, ou celui du frontalier uniquement ?
    Mon épouse travaille en Suisse mais moi en France….
    Le revenu fiscal de référence comprend également les résultats fonciers. Par conséquent si dans ma première question, la réponse est le revenu fiscal de référence de celui qui est frontalier, ce qui me parait logique puisque je paye déjà la SS, comment sont imputés ces revenus fonciers et à qui ?
    Merci pour vos éclaircissements

  31. secco a écrit

    bonjour,
    je travaille en tant qu’ intérimaire en suisse , mais pas toute l’année, suis-je obligé
    de souscrire une assurance si la durée de la mission est d’un mois ?
    merci d’avances pour votre réponse .

  32. Vincent a écrit

    Bonjour,
    Je me permet de réitérer la question de Jean-Philippe datant du 13 mars.
    A l’époque, vous paraissiez très confiant sur la capacité du groupement transfrontalier d’obtenir un régime avantageux.
    Avec le changement de majorité, mes contacts semble aujourd’hui beaucoup plus pessimiste voir pratiquement certain que la CMU sera entérinée avec un ratio à 13,5%.
    Ma question est : quel est votre avis à la date d’aujourd’hui?

    D’autre part, sur le site vd.ch, je lis :
    « L’Accord sur la libre circulation des personnes qui fait partie intégrante des Accords bilatéraux signés par le Gouvernement suisse le 21 juin 1999 et ratifiés par le peuple le 21 mai 2000, prévoit que le travailleur frontalier ou la travailleuse frontalière est assuré(e) contre la maladie à son lieu de travail. »

    Je comprends donc que je peux souscrire à une assurance maladie Suisse en donnant comme lieu de résidence en suisse, l’adresse de mon lieu de travail. Ce qui permettrait d »éviter les pratiques abusives de certaines assurances maladie. Pouvez vous me le confirmer ?

    • a écrit

      Bonjour Vincent,

      Non. Par « défaut », c’est effectivement à la LAMal frontalier que vous êtes assujetti. Mais malheureusement, en tant que frontalier vous êtes soumis à des contraintes très spécifiques et différentes du statut de résident.

      • Kévin a écrit

        Bonjour,

        Je me permets de revenir sur la problématique de l’assurance maladie.
        Le gouvernement Français va probablement avancer la date de basculement de l’assurance maladie privée frontalier vers la CMU dès le 1 janvier 2013.
        Etant donné que je réside en France et travaille déjà à Genève depuis plus de 3 mois, je basculerai donc obligatoirement vers la CMU. Possédant la double nationalité Suisse et Française, pensez-vous qu’il soit plus avantageux de venir habiter en Suisse et donc « réussir » à éviter la CMU (13,5% du brut)??
        Sachant que je suis célibataire (salaire de 72000chf brut annuel) sans enfant, la LaMal en tant que résidant Genevois est-elle plus avantageuse que la CMU en tant que résident Français ??

        Merci.

        • a écrit

          Bonjour Kévin,

          Tout d’abord, la CMU ce n’est pas 13,5% mais 8%. Pour l’instant, vous avez raison car ce sont bien les 13,5% qui sont inscrits dans la loi… Et que le gouvernement finira probablement par faire passer dans quelques années.
          Faites le calcul pour la CMU sur notre page, cela vous permettra déjà de vous faire une idée. Il faudra ensuite à ce chiffre ajouter une assurance complémentaire. Dans l’esprit, la CMU est plus intéressante pour les familles (il y a la notion d’ayant droit), mais pour autant il peut être intéressant d’y souscrire. C’est surtout votre salaire qui fera la différence sur le plan financier… Pour la LAMal frontalier, il faudrait jeter un oeil sur le site priminfo.ch. Grosso modo, une prime LAMal frontalier va de 420 à plus de 700 francs par mois.

  33. Lucie a écrit

    Bonjour,

    Mon conjoint souhaiterait resilier son assurance frontalier Swiss Life et s’assurer aupres de l’assurance oblogatoire de mon organisation. Il y a t’il un preavis de resiliation en dehors des 2 mois avant la date d’anniversaire du contrat? Il souhaiterait la resilier le plus tot possible et son contrat a ete souscrit en mars cette annee.

    Merci pour votre reponse.

    Lucie

    • a écrit

      Bonjour Lucie,

      Je ne sais pas, il faudrait regarder le contrat. En général, la durée est annuelle, ce serait étonnant qu’il puisse sortir avant. Sinon, concernant votre assurance obligatoire, de quoi parlez-vous ? En fait, s’il s’agit de la LAMal, ce ne sera pas possible çar la seule option possible pour un frontalier ayant souscrit au régime privé est la CMU…

  34. Noemie a écrit

    Bonjour,

    je me permets de vous ecrire car je vais devenir frontalière a partir du mois de janvier. Je suis suisse mais je demenage en France. Pour mon assurance maladie, je voudrais a partir de 2014 me remettre sur le sstème de lamal. Ma question est: Est ce que je peux prendre une assurance privée francaise et refaire le changement avant le 31 mai 2014 pour ne pas être affilié a la cmu?
    merci de votre aide

  35. fredo_c a écrit

    Bonjour et bonne année,

    Quelques questions.

    Je voudrais juste savoir quel est votre conseil a l’heure actuelle concernant l’assurance maladie pour un frontalier. Privée ou suisse?
    Actuellement les conditions sont bien meilleures avec la solution privée proposée par ma compagnie, mais la CMU ne sera vraiment pas intéressante à partir de 2014, à la fois comme couverture (uniquement francaise) et cout (8 à 10% surtout si ma femme travaille aussi en Suisse).

    Merci de vos conseils.

    Fredo_c

    • a écrit

      Bonjour,

      Difficile à dire. Dans le cas que vous me décrivez (cas où votre femme travaille en Suisse comme vous) c’est au contraire un peu plus intéressant car la CMU frontalier couvre l’assuré et les ayants droits. Vous serez couverts, votre femme et vos enfants si vous en avez.
      S’assurer en Suisse (LAMal frontalier) peut aussi avoir des inconvénients. Sur le plan financier par exemple, il est arrivé quelque fois que les compagnies augmentent de manière significative les primes d’assurance.
      Globalement, pour les personnes qui gagnent très bien leur vie,la CMU peut être un véritable problème compte tenu de l’indexation de la prime d’assurance au revenu net fiscal. Et ce d’autant qu’elles sont célibataires. Je vais probablement creuser un peu et sortir un billet un peu plus complet sur les critères de choix.

  36. Nico a écrit

    Bonjour,
    Je vais travailler en Suisse à partir du 1 er juillet 2013, je suis atteint d’une spondylarthrite enkilosante et bénéficie d’un traitement par anti Tnf (1080 euros les 2 injections à raison d’une injection toute les deux semaines) pris en charge à 100%.
    Je ne sais pas du tout comment m’assurer au mieux.
    Merci pour votre réponse.

    • a écrit

      Bonjour Nico,

      Si vous décidez d’être résident, vous avez la possibilité dans votre cas d’être exempté de l’obligation de vous assurer (LAMal). Vous devrez alors justifier d’une affiliation à une assurance santé internationale de type CFE avec complémentaire.
      Si vous êtes frontalier, vous avez la possibilité de vous assurer à la CMU pour frontaliers (avec complémentaire) ou auprès d’une assurance santé privée dite solidaire.

  37. eric a écrit

    bonjour

    Je vais travailler en Suisse début juin
    Je suis en plein prospection pour une assurance santé frontalier
    J ai eu plusieurs devis d un courtier, et j ai un devis qui me semble très intéressant
    Une assurance qui rembourse 200% pour 152€ par mois ( j ai 41 ans)
    Ce qui me fait hésiter, c est que je ne connais pas ce monde, le sérieux de cette assurance
    Y a t il des compagnie a éviter?
    Merci pour votre reponse

    • a écrit

      Bonjour Eric,

      Il est toujours difficile de cautionner une compagnie, mais globalement on peut dire que parmi les compagnies sérieuses dans le domaine de la santé frontalier, on trouve notamment : Vivens, Alptis, SwissLife, Allianz.
      Certaines ont pris des libertés avec l’augmentation des primes d’assurance, mais globalement on peut dire qu’elles sont ok.
      Les offres proposées par les banques sont également pour la plupart valables.

  38. Ciga a écrit

    Que pouvez-vous nous conseiller avec la modification de juin 2014 pour les frontaliers ? Sachant que jai un enfant en bas age ?.. Merci !

    • a écrit

      Bonjour,
      Si vous êtes déjà affiliée au régime d’assurance maladie, vous n’avez pas franchement le choix, vous basculerez automatiquement à la CMU pour frontaliers. Il vous faudra alors choisir un complémentaire.
      Si vous êtes une « nouvelle » frontalière et n’êtes encore affiliées à aucun régime, c’est déjà un peu plus difficile à résumer dans un simple commentaire car cela dépend de pas mal de critères. Je vais rédiger un article sur ce sujet, mais en attendant vous pourrez assister à notre conférence Web gratuite : « Réforme de l’assurance maladie pour les frontaliers : comment limiter la casse« , le 17 juin prochain à 19h. Nous aurons un expert du sujet.
      Les inscriptions ne sont pas encore ouvertes, mais vous pouvez en être informée en vous abonnant à notre newsletter.

  39. Charlotte a écrit

    Bonjour David,
    Mon ami est auto entrepreneur en France et graphiste a mi-temps à Genève.
    Je me permets de vous contacter car ayant lu plusieurs de vos articles, et ne trouvant rien sur la toile qui puisse m’aiguiller sur son cas, je me suis dit que vous pourriez m’eclairer sur sa situation .
    Employé a mi-temps à Geneve depuis mi-Fevrier, il a attendu la reception de son permis de travail (fin Avril) et du papier du choix d’assurance maladie avant de l’envoyé a son assurance en France pour choisir le CMU. En tant qu’auto-entrepreneur, il a envoyé son choix a la RSI qui l’a mal aiguillé depuis le début et qui aujourd’hui l’a radié en l’envoyant a la CPAM.
    Comme cela fait maintenant bien plus de 90 jours depuis son embauche, il devrait s’assurer a Lamal, sauf que ne travaillant qu’a mi-temps, cela represente 1/4 de son salaire.
    Je me demandais donc si il existait une solution pour qu’il puisse choisir le CMU ?

    J’epere que vous pourrez nous aider.
    Je vous remercie,

    • a écrit

      Bonjour Charlotte,
      Si l’Office cantonal n’a pas encore réagi (ce qui se traduit par la réception d’un document rouge / rose pour Genève), alors il est encore possible de choisir la CMU. Dans les autres cas, malheureusement, les conditions pour bénéficier de nouveau du droit d’option sont très spécifiques et vous ne rentrez a priori pas dans ce cadre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *