L’horlogerie suisse aurait-elle perdu la bataille des montres connectées ?

L’horlogerie suisse, par la qualité de ses montres, s’est fait une réputation internationale. On ne compte plus les brevets et diverses innovations techniques et micro-techniques issus de cette industrie. Pour ceux qui s’intéressent au sujet et aiment l’innovation, l’Horlogerie suisse est un pur bonheur. Mais il semblerait que le secteur ne soit pas tout à fait au rendez-vous de demain avec les montres connectées.

Swatch group en retard sur les montres connectées

Le poids lourd du secteur, Swatch, a pour le moins une stratégie défensive : en déposant la marque iSwatch, le Group Swatch a pu bloquer – pour combien de temps encore ? – le dépôt de marque d’Apple pour sa montre connectée iWatch. Mais point d’innovation dans la montre du géant suisse de l’horlogerie : la montre iSwatch n’est ni plus ni moins qu’un « renommage » d’une montre qui existe déjà. Et on est bien loin de ce qu’Apple semble proposer en termes de fonctionnalités connectées.

Un communiqué de presse qui dissimule presque le Swiss made

Cette position défensive de Swatch group est en soi un aveu de faiblesse. Mais il y a d’autres signes qui montrent bien que l’Horlogerie suisse semble d’ores et déjà avoir perdu la batailles des montres connectées : le français Withings, spécialiste des objets connectés, a annoncé cette semaine la sortie de la première montre élégante connectée. Jusque là, rien d’extraordinaire. Sauf que la dite montre a été fabriquée en Suisse, par un horloger de renom. Et ce sont ces 2 détails qui montrent bien que la Suisse est hors jeu : cela fait des années que les fabricants français et européens de montres font tout ce qu’ils peuvent pour rendre « Swiss made » leurs montres, et surtout pour le faire savoir. Or, avec la montre de Withings, c’était bien l’occasion d’insister « lourdement » sur le Swiss made. Mais rien de tout cela. Non seulement cette mention n’apparaît que de manière presque anecdotique dans le communiqué de presse, mais en plus il semble très difficile de savoir quel Horloger suisse a réellement fabriqué cette montre. C’est un peu comme si on voulait dissimuler la provenance de la montre, car l’enjeu est ici pour Withings de dire que cette montre connectée, elle est française.

montre-withings

C’est probablement ce qu’on appelle un tournant industriel. Et il semblerait que l’Horlogerie suisse ne l’ait pas, pour l’instant, très bien négocié.

Le communiqué de presse de Withings

Horlogerie : interview du CEO de Hublot sur Managerama.tv

Ceux d’entre-vous qui connaissent le domaine de l’horlogerie connaissent Jean-Claude Biver, le patron charismatique qui a redonné à la marque Hublot un vrai dynamisme, notamment en sortant le fameux modèle Big Bang. A chacune de ses interventions ou interview, je suis toujours fasciné par son dynamisme.

Je vous propose de consulter une petite vidéà (moins de 4 minutes), diffusée par le site Managerama.tv, où il nous parle de la créativité en entreprise… Un point de vue très intéressant, et rafraîchissant.

Si vous cherchez du travail dans le secteur de l’horlogerie, ou si vous souhaitez postuler chez Hublot, alors cette vidéo est à voir !

Rencontre – Jean-Claude Biver – CEO HUBLOT

RSS_32 Recevez par mail directement tous les nouveaux billets du blog de Travailler en Suisse et devenez fan du Groupe Facebook « Travailler et vivre en Suisse« 

Tout savoir sur les clusters en Suisse

J’anticipe déjà la question que (presque) tout le monde se pose : « Qu’est ce qu’un cluster ? »

Pour faire court, un cluster est une concentration géographique d’activités très précises et d’entreprises et institutions indépendantes entre-elles, avec pour objectif de développer les liens entre toutes ces entités. La Suisse, notamment par le biais de ses promotions économiques, développe fortement ce type d’activité, notamment pour attirer des entreprises étrangères.

Des exemples de clusters : l’industrie pharmaceutique dans la région de Bâle ou l’horlogerie à la Chaux de Fonds. Selon les sources et la classification choisie, on comptabilise entre 25 et 70 clusters différents en Suisse.

Les clusters touchent souvent des activités de pointe, génèrent des emplois qui sont souvent de haut niveau, comme les métiers de la recherche. Ces entreprises recrutent très souvent des travailleurs étrangers, frontaliers ou expatriés.

Selon les sources, on estime à 226 000 le nombre d’employés qui travaillent dans des entreprises en clusters en Suisse.

Je vous ai trouvé plusieurs ressources très intéressantes sur le sujet – dont des annuaires de clusters – , qui vous permettront, si vous avez un métier un peu technique, d’identifier les zones géographiques où il sera pour vous le plus pertinent de postuler, ce qui devrait augmenter vos chances de trouver un job en Suisse.

Quelques clusters en Suisse

Le tableau ci-dessous nous donne une indication, pour quelques clusters, du nombre d’emplois, des secteurs et des régions, et de la compétitivité par rapport à l’ensemble des pays européens :

clusters-suisses

source : Eco' Diagnostic et "Les clusters dans la promotion économique"

Concentration : mesure l’importance du cluster par rapport à l’ensemble de la branche au niveau européen

Spécialisation : ratio entre le nombre d’emplois du cluster en % des emplois de la région, et le nombre d’emplois dans les branches équivalentes au niveau européen

Cartographie des clusters en Suisse

carte-clusters-suisse

source : Eco' Diagnostic et "Les clusters dans la promotion économique"

Ce que je trouve très étonnant dans cette carte qui présente les différents clusters dans le pays, c’est que beaucoup d’entre-eux sont positionnés dans des zones frontalières.

Quelques ressources très utiles sur les clusters suisses

Annuaire des clusters en Suisse (et en Europe) : fichier pdf à télécharger

Analyse sur les clusters suisses, incluant des liens vers des sites et des explications très intéressantes (en anglais), par the European Cluster Observatory

Les clusters dans la promotion économique (fichier pdf) : un rapport officiel plutôt complet du paysage des clusters en Suisse. Une bonne synthèse de beaucoup de sujets.

Nanotechnologies : la Suisse veut créer un centre de compétences (sur le site Travailler-en-Suisse.ch)

RSS_32 Recevez par mail directement tous les nouveaux billets du blog de Travailler en Suisse

Blog d’expat en Suisse #2 : Vilay, horloger

vilayDeuxième portrait de nos expats bloggers en Suisse avec Vilay. Vilay est Français, marié à une américaine, et vit et travaille en Suisse dans le canton de Neuchâtel, après avoir passé quelques années aux Etats-Unis. Un vrai expat donc. Et si vous voulez profiter de son ouverture sur le monde, parcourez vite son blog personnel : vous y retrouverez ses nombreuses visites de la Suisse, mais également ses découvertes suisses. Comme tous les horlogers, Vilay est un passionné et cela se sent. Bref, son blog, je l’aime bien, et son verbe est souvent juste.

Identité

Qui es-tu ? Vilay

De quel pays es-tu originaire ? De France

Depuis combien de temps travailles-tu en Suisse ? Je travaille en Suisse depuis juin 2007

Frontalier ou résident ? Résident (permis B)

Es-tu venu seul ou en famille ? Nous sommes venus en famille (5 personnes) dans un camion de déménagement loué en France : -)

Quel est ton métier ? Horloger

Ton recrutement en Suisse

Comment (par quel canal) as-tu trouvé ton job en Suisse ?

J’ai trouvé mon job par internet sur le portail emploi jobup.ch

Te rappelles-tu de ta phase de recrutement ? Comment s’est-elle passée, et qu’est-ce qui t’a marqué ?

L’entretien était normal sauf qu’à l’époque, ils cherchaient désespérément du personnel et rapidement.  J’ai dis que je devais tout d’abord trouver un logement en Suisse; le directeur à donc décroché son téléphone et demandé à une de ses connaissances s’il avait un appartement de libre pour une famille, ce qui était le cas.  15 minutes plus tard, ma femme (qui attendait dans la voiture) et moi visitions notre appartement.
Bref, en moins de 2 heures, j’ai décroché un emploi et un appartement en Suisse.

Quels conseils (en terme d’emploi) donnerais-tu à ceux qui veulent travailler en Suisse ?

Mon conseil principal : se renseigner sur le pays et s’adapter.

Ton arrivée en Suisse

Qu’est-ce qui a été le plus difficile lors de ton installation ?

Je n’ai pas eu de grandes difficultés pour mon installation.  Il fallait néanmoins être au courant de toutes les aides sociales (caisse de compensation).

Qu’est-ce qui t’a le plus marqué sur le plan culturel en arrivant en Suisse ?

La sécurité (les vélos des gosses peuvent rester dehors toute la nuit sans que je m’inquiète le moins du monde par exemple), le niveau de vie, la qualité de vie.

Vie au travail

Comment s’est passée ton intégration dans l’entreprise suisse ?

Je me suis bien intégré dans mon entreprise et je trouve que les opportunités pour moi sont plus grandes que si j’étais resté en France.

Tes relations avec les Suisses

Comment juges-tu tes relations avec les Suisses  (au travail et dans la vie de tous les jours) ?

Au travail, pas de problème.  J’ai des amis principalement de mes cours du soir en horlogerie (Français, étrangers de Suisse et Suisses).  Dans la vie du village, je n’ai pas vraiment de relation, les gens sont plutôt entre eux.

As-tu des amis suisses ? Français ? Étrangers ?

Oui, ici j’ai des amis français, et suisses. Par contre, les deux ne se mélangent pas souvent.

L’heure du bilan

Te sens-tu intégré ?

Je me sens pas d’ici parce que je vouvoie alors que les gens d’ici se tutoient entre eux et s’appellent par leurs prénoms (c’est un petit village), mais je me sens malgré tout intégré et à l’aise.

Comment juges-tu ta vie actuelle (par rapport à ta vie avant de venir travailler en Suisse) ?

Je pense que les opportunités pour moi sont largement supérieures qu’en France.

As-tu la nostalgie du pays ?

Pas du tout.

Consultez le blog de Vilay, Frog you, le blog d’un Français expatrié en Suisse

RSS_32 Recevez par mail directement tous les nouveaux billets du blog de Travailler en Suisse ou abonnez-vous au flux RSS

Annuaires d’entreprises à Genève : 10 sites incontournables pour trouver un emploi

Si vous cherchez du travail à Genève, il peut être intéressant de récupérer quelques informations sur les entreprises en consultant certains annuaires. Utile lorsqu’on est un travailleur étranger, qu’on ne connait pas le marché local et qu’on fait sa recherche d’emploi à distance.

Pour vous aider dans vos démarches, je vous propose une liste d’annuaires qui me paraissent être de bonnes sources pour chercher un emploi en Suisse :

Annuaire des plus grandes entreprises du canton de Genève

Travailler-en-suisse-ch

Notre site www.travailler-en-suisse.ch vous propose une sélection des entreprises de grande taille à Genève, classées par secteur d’activité et avec le lien vers les sites web.

Annuaire des entreprises multinationales implantées à Genève

multinationales-geneve

La promotion économique du canton de Genève nous propose une liste des entreprises multionationales qui ont choisi de s’implanter à Genève.

Annuaire des ressources économiques du canton de Genève

ARESO

Sur le site ARESO, réalisé par la Haute Ecole de Gestion de Genève, vous trouverez des informations très utiles sur les associations professionnelle, ressources économiques et informations sur le canton de Genève. Un excellent complément pour bien s’informer.

Annuaire des entreprises de l’industrie horlogère du canton de Genève qui emploient le plus

Une sélection des quelques entreprises du luxe et de l’horlogerie du canton de Genève qui recrutent le plus, avec quelques commentaires utiles sur les entreprises : Rolex, Chopard, Richemont…

Annuaire des établissements bancaires à Genève

annuaire-banques-geneve

Banque de détail, banque d’affaire, banquiers privés… Vous trouverez toutes les adresses de tous les établissements bancaires à Genève sur  ce site. Seul regret : l’absence de lien vers le site web des entreprises.

Annuaire des banques à Genève qui recrutent le plus d’employés

Une sélection des établissements bancaires du canton de Genève qui ont les effectifs les plus importants en 2009. On y trouve des banques comme HSBC, BNP Paribas Suisse, Lombard Odier, Union bancaire privée… avec la plupart du temps un lien vers la page de recrutement du site web.

Annuaire des établissements de santé à Genève qui emploient le plus

Une sélection d’établissement de santé (hôpitaux, cliniques…) et d’entreprises spécialisées dans le secteur de la santé (analyses médicales…) très intéressante, avec les effectifs et les liens vers la page recrutement du site de l’entreprise. Très utile pour les infirmières et infirmiers, ainsi que pour les professions de santé.

Annuaire des 10 entreprises de l’immobilier du canton de Genève qui recrutent le plus

Une sélection des 10 entreprises du canton de Genève qui recrutent le plus dans le domaine de l’immobilier, avec les effectifs et le lien vers le site web de l’entreprise.

Les entreprises du secteur de la grande distribution à Genève qui recrutent le plus

Le site www.travailler-en-suisse.ch nous propose une sélection des quatre entreprises de la grande distribution à Genève qui ont le plus d’employés, avec un commentaire sur les perspectives du secteur.

Swissfirms : annuaire des entreprises en Suisse (et à Genève)

Vous trouverez sur ce site une liste de nombreuses entreprises en Suisse, et en sélectionnant les entreprises du canton de Genève, vous y trouverez de nombreuses informations sur les dirigeants des entreprises, des informations sur le secteur d’activité, des liens vers le site web etc…

swissfirms

Si vous en connaissez d’autres, indiquez les en commentaires et je les ajouterai à la liste.

RSS_32 Recevez par mail directement tous les nouveaux billets du blog de Travailler en Suisse ou abonnez-vous au flux RSS

Beaume & Mercier : comment tuer sa marque en buzzant

Je ne suis pas un pro du buzz, mais en tombant sur cette vidéo, négligemment déposée sur le web et récupérée par WindowtoFrance, je me suis dit que l’horloger et fabricant suisse de montres de luxe Baume & Mercier n’avait pas eu la meilleure idée marketing du mois en faisant réaliser cette vidéo. Je vous laisse juger :

C’est plutôt drôle, mais dramatiquement éloigné de l’image d’une marque de luxe… Et en plus, cela me dit déjà quelque chose… Ceci-dit, le buzz fonctionne puisque j’en parle.

Et vous ? Qu’en pensez-vous ? Bon ? Pas bon ?