blog d’expat #11 : la ptite nouvelle, gestionnaire administrative

J’ai découvert le blog de la ptite nouvelle par hasard et détour d’un surf sur le Web. Ce que j’y ai lu (un dialogue, réel, entre la bloggeuse et un douanier suisse) m’a beaucoup fait rire.

La ptite nouvelle vient tout juste d’arriver en Suisse, et je trouve intéressant de lui poser quelques questions.

Je lui ai donc proposé d’être notre 11ème bloggeuse interviewée, et elle a accepté de se livrer au jeu des questions réponses. Je vous laisse donc entre ses mains :

Identité

Qui es-tu ? Je suis La ptite nouvelle, j’ai la ptite trentaine; je suis dans l’ordre chronologique sportive, blagueuse, mariée, maman, blogueuse et salariée.

De quel pays es-tu originaire ? Je suis française. Plus précisément, je viens du Sud de la France.

Depuis combien de temps travailles-tu en Suisse ? Un mois

Frontalière ou résidente ? Frontalière

Dans quel canton travailles-tu ? Dans le canton de Vaud.

Es-tu venu seule ou en famille ? Je suis venue avec homme et enfants.

Quel est ton métier ? Je suis gestionnaire administrative.

Ton recrutement en Suisse

Comment (par quel canal) as-tu trouvé ton job en Suisse ? J’ai vu une annonce sur le site educh.ch

Te rappelles-tu de ta phase de recrutement ? Comment s’est-elle passée, et qu’est-ce qui t’a marqué ?

Une candidature par mail mi-décembre, un premier entretien fin décembre, puis une seconde rencontre deux semaines après. Le lendemain, on m’appelait pour me dire que ma candidature était retenue.

Quels conseils (en terme d’emploi) donnerais-tu à ceux qui veulent travailler en Suisse ?

Je ne saurais donner de conseils efficients, puisque je n’ai pas fourni trop d’efforts pour trouver ce job: je n’ai envoyé qu’un seul dossier de candidature, et j’ai été embauchée…Je crois que j’ai eu un peu de chance sur ce coup-là, et je souhaite à tous ceux qui veulent travailler en Suisse la même chance que moi.

Ton arrivée en Suisse

Qu’est-ce qui a été le plus difficile lors de ton installation ? Sans hésitation, le climat! Vraiment très difficile quand on vient du Sud de la France!!

Qu’est-ce qui t’a le plus marqué sur le plan culturel en arrivant en Suisse ?

Que les gentils clichés sur les autochtones sont parfois proches de la réalité…;-) Sinon, j’ai l’impression que les Suisses sont très posés, les éclats de voix n’étant pas très courants, par rapport à ma région d’origine.
Et puis, surtout, j’ai l’impression que l’argent prend une place prépondérante dans toutes les conversations, ça va du « Combien elle t’a coûté, cette petite robe? » au « Les chocolats sont plus chers à la Migros qu’à Manor » en passant par « Les taux pour les crédits sont vraiment intéressants en ce moment« … Ca a l’air de rien comme ça, mais je n’ai pas l’habitude de tout rapporter à la valeur monétaire des choses!

Vie au travail

Comment s’est passée ton intégration dans l’entreprise suisse ?

Même si je n’ai pas trop de recul, tout va plutôt pas mal, mes collègues sont normaux (autant que moi, j’essaie de l’être!)

T’a-t-on fait ressentir que tu étais étrangère ?

Quand mes collègues sont plus branchés hockey sur glace que foot, j’ai l’impression d’être un peu à l’ouest (moi qui connais les résultats de la L1 par coeur…)
Ou lorsque je n’arrive pas à dire septante/ huitante / nonnante, on me regarde assez bizarrement.

Tes relations avec les Suisses

Comment juges-tu tes relations avec les Suisses (au travail et dans la vie de tous les jours) ?

Pour le moment, je n’ai pas noté de changements entre mes relations avec les suisses et celles avec les français. La seule différence, c’est que je n’ose pas encore faire des jeux de mots à tout bout de champ avec les suisses comme je le fais toujours avec mes amis français ; disons que je n’ai pas encore jaugé le sens de l’humour helvète !

As-tu des amis suisses ? Français ? Étrangers ?

J’ai des amis français côté France, je ne connais pas encore beaucoup de suisses côté Suisse.

L’heure du bilan

Te sens-tu intégrée ?
Il est trop tôt pour le dire. Vraiment trop tôt. Je vous dirais ça après ma période d’essai…

Comment juges-tu ta vie actuelle (par rapport à ta vie avant de venir travailler en Suisse) ?

Bien plus confortable financièrement!!! Je peux enfin offrir à mes enfants ma présence les mercredis sans que j’aie à sacrifier la moitié de mon salaire du fait de mon job à 80%. En France, si tu travailles moins de 30heures par semaine, tu es condamné à manger des pâtes dès le 20 du mois ! Maintenant, plus besoin de faire un crédit sur 18 mois pour acheter de la viande chez le boucher… Ah ben voilà que je me mets à parler d’argent tout le temps, moi aussi !

As-tu la nostalgie du pays ?

La nostalgie de la France en tant que telle, non. La nostalgie du climat méditerranéen, oui. Terriblement !

RSS_32 Recevez par mail directement tous les nouveaux billets du blog de Travailler en Suisse et devenez fan du Groupe Facebook « Travailler et vivre en Suisse« 

blog d’expats #10 : lune et marmotte, médecins

lune-et-marmotteJ’ai le plaisir de vous présenter deux nouveaux expats, Lune et Marmotte, un couple de Français fraîchement arrivés en Suisse dans le Valais. Je les ai découverts par le biais de leur blog, Lune et Marmotte, qui est « le blog de deux Français amoureux venus se rejoindre en Suisse« .

Ils portent à travers les articles et photos qu’on y trouve, un regard curieux sur la Suisse, ce qui les amuse et ce qui les choque aussi. Je vous conseille de jeter un oeil sur leur galerie photo : vous y trouverez de très belles prises de vues sur la Suisse, et quelques photos qui respirent la joie de vivre. Et en plein hiver, ça fait toujours du bien.

Lune est le premier médecin de nos portraits d’expats.

Je vous laisse les découvrir à travers cette mini interview. Bienvenue à tous les deux !

Identité

Qui es-tu ? Lune

De quel pays es-tu originaire ? France

Depuis combien de temps travailles-tu en Suisse ? 3 mois

Frontalier ou résident ? résident

Dans quel canton travailles-tu ? Valais

Es-tu venu seule ou en famille ? en couple

Quel est ton métier ? médecin

Ton recrutement en Suisse

Comment (par quel canal) as-tu trouvé ton job en Suisse ? envoi spontané de CV

Te rappelles-tu de ta phase de recrutement ? Comment s’est-elle passée, et qu’est-ce qui t’a marqué ? Rapide, sans problèmes

Quels conseils (en terme d’emploi) donnerais-tu à ceux qui veulent travailler en Suisse ? Dire que l’on souhaite s’y installer durablement

L’arrivée en Suisse

Qu’est-ce qui a été le plus difficile lors de ton installation ? La solitude

Qu’est-ce qui t’a le plus marquée sur le plan culturel en arrivant en Suisse ? Les horaires décalés et la rigidité

Vie au travail

Comment s’est passée ton intégration dans l’entreprise suisse ? Très bien

T’a-t-on fait ressentir que tu étais étrangère ? Oui

Tes relations avec les Suisses

Comment juges-tu tes relations avec les Suisses (au travail et dans la vie de tous les jours) ? Pas de soucis au travail. Difficile de se faire des amis par ailleurs.

As-tu des amis suisses ? Français ? Etrangers ? Oui, je commence à en avoir quelques uns

L’heure du bilan

Te sens-tu intégré(e) ? Non pas encore

Comment juges-tu ta vie actuelle (par rapport à ta vie avant de venir travailler en Suisse) ? Phase de transition.

As-tu la nostalgie du pays ? Oui bien sur, mais j’apprends aussi à aimer la Suisse

Retrouvez les sur le blog de Lune et Marmotte. Lune fait partie des 44% de médecins étrangers qui travaillent dans les hôpitaux suisses.

RSS_32 Recevez par mail directement tous les nouveaux billets du blog de Travailler en Suisse

Blog d’expats #6 : Doremi, conseiller pédagogique

doremiNotre 6ème portrait de bloggers expats en Suisse est belge et s’appelle Amaury.

Il est conseiller pédagogique à l’Université de Lausanne, au Centre de Soutien à l’Enseignement. Sa femme, « Madame Doremi » avec qui il est marié depuis 12 ans est éducatrice à Vevey dans une résidence pour personnes adultes handicapées mentales. Ils se sont connus pendant leurs études d’éducateur à Liège, et ont eu 3 enfants de 5, 7 et 10 ans.

Après plusieurs années passées en Belgique (près de Maastricht, Liège et Aachen) ils ont décidé en 2006 de venir s’installer en Suisse.

Le blog de Doremi, c’est le blog d’un petit belge qui est devenu petit suisse. C’est surtout un blog où il raconte ce qu’il fait et ce qu’il vit en Suisse avec sa famille, et sa femme y occupe d’ailleurs une place importante.

Amaury me raconte que son blog a été un bon vecteur d’intégration en Suisse, et qu’il lui a permis de rencontrer pas mal de personnes de tous âges et de toutes conditions avec qui il garde des contacts.

De son propre aveux, son blog, c’est aussi son défouloir, son confident, l’endroit où il note toutes les bêtises qu’il ne faut pas qu’il oublie. Comme vous pourrez le constater, son témoignage est plein d’humour.

Identité

Qui es-tu ? Doremi aka Amaury… à moins que ça ne soit le contraire.

De quel pays es-tu originaire ? Belgium… twelve points

Depuis combien de temps travailles-tu en Suisse ? Depuis mars 2006. J’ai fait les trajets en train toutes les semaines jusqu’en juillet 2006, le temps de trouver un appartement pour toute la famille, que notre aîné finisse sa première primaire et que Madame Doremi finisse sa formation d’enseignante.

Frontalier ou résident ? Résident (permis B)

Es-tu venu seul ou en famille ? Les deux, mais pas en même temps. Euh… donc d’abord seul puis en famille.

Quel est ton métier ? Conseiller pédagogique, spécialisé en pédagogie universitaire.

Dans quel canton travailles-tu ? Vaud actuellement mais j’ai travaillé dans le canton de Fribourg pendant 3 ans.

Ton recrutement en Suisse

Comment (par quel canal) as-tu trouvé ton job en Suisse ?

Ah, ça c’est la Belgian connection. Je veux dire, il y a tellement de belges en Suisse qu’il se fait que j’en connaissais une en particulier qui m’a proposé un contrat de 3 ans de recherche à l’Université de Fribourg. C’est en fait une ancienne collègue de Namur avec qui j’avais gardé des contacts parce qu’elle était ma directrice de thèse (c’est une bonne raison pour garder des contacts d’ailleurs). C’était une recherche européenne et je coordonnais une équipe de 30 personnes réparties dans 5 pays. Une expérience géniale.

Te rappelles-tu de ta phase de recrutement ? Comment s’est-elle passée, et qu’est-ce qui t’a marqué ?

Il n’y a donc pas eu vraiment de recrutement en ce qui me concerne. Ce qui m’a marqué, c’est l’organisation. Tout était prêt quand je suis arrivé: logement provisoire dans une résidence d’étudiants, permis de séjour, contrat, bureau, ordinateur, un demi-tarif, etc. Et je n’avais encore rien vu! Mes deux premières collègues n’étaient même pas suisses mais belge et portugaise. Je connaissais déjà Fribourg car j’y donnais un cours depuis 2 ans dans le cadre d’une formation en pédagogie universitaire.

Quels conseils (en terme d’emploi) donnerais-tu à ceux qui veulent travailler en Suisse ?

- Avoir un diplôme reconnu. Notamment pour les enseignants, ce n’est vraiment pas évident : le diplôme d’éducatrice de ma femme a facilement été reconnu (quoiqu’il n’y ait pas vraiment d’équivalent ici en Suisse puisque la formation d’éducateurs est de niveau universitaire ou en tout cas dure plus longtemps qu’en Belgique), mais pas son Certificat d’Aptitude Pédagogique belge pour enseigner.
- Connaître les langues : en étant francophone, l’anglais est un minimum, l’allemand ou l’italien, un vrai plus, surtout à Fribourg qui est une ville complètement bilingue.
- Avoir plusieurs compétences différentes dans sa besace. La variété, la flexibilité et la capacité à s’intégrer à une équipe sont primordiaux pour moi.
- Si on a un conjoint, c’est vraiment important qu’il ou elle cherche du travail aussi. Avec un permis B (mais il faut être marié et européen pour profiter du regroupement familial), c’est très facile.

Ton arrivée en Suisse

Qu’est-ce qui a été le plus difficile lors de ton installation ?

Rien. Tout s’est passé vraiment comme sur des roulettes. J’ai rencontré beaucoup de compréhension, d’aide, d’accueil.
Bon allez, il y a bien cette employée de la Poste qui m’a un peu énervé à traîner pour m’ouvrir un compte en banque, mais c’est tout. Il y a aussi le proprio d’un appartement que j’ai visité qui m’a demandé de lui fournir des preuves que je n’avais pas de dettes en Suisse. J’ai donc été cherché un document à l’Office des poursuites.

Qu’est-ce qui t’a le plus marqué sur le plan culturel en arrivant en Suisse ?

C’est beaucoup plus multiculturel et riche qu’en Belgique. Fribourg est une ville de 350 00 habitants avec une université de 10 000 étudiants (la moitié de Verviers). Il y a des cinémas, des théâtres, des salles de concert, des festivals internationaux de films, de danses folkloriques, d’art contemporain, etc. (pour moi qui habitais à Verviers, c’était obligatoire d’aller à Liège, une ville de 200 000 habitants, pour avoir l’équivalent). Et avec environ 20% d’étrangers en moyenne sur la Suisse (2 fois plus qu’en Belgique), on a tout le temps l’impression d’entendre des langues différentes: allemand, portugais, anglais, russe… et bien sûr le suisse allemand :-) Une langue affreuse à l’audition mais en fait très cool :-)
J’ai trouvé aussi les gens très ouverts (mes amis proches sont pour la plupart suisses allemands), avec une envie de découvrir la Belgique par exemple, ce qui m’a étonné car on m’avait dit que les suisses étaient plutôt renfermés. Ceci s’est révélé totalement faux, en tout cas de mon point de vue.

Vie au travail

Comment s’est passée ton intégration dans l’entreprise suisse ?

C’était une équipe de base que je connaissais déjà à laquelle se sont ajoutés plusieurs autres collègues, suisses, mais aussi roumains, tunisiens et allemands. Franchement, tout s’est très bien passé. On s’est très vite invités l’un chez l’autre.

T’a-t-on fait ressentir que tu étais étranger(gère) ?

Jamais. Sauf pour me taquiner. Mais je le leur rendais bien :-)

Tes relations avec les Suisses

Comment juges-tu tes relations avec les Suisses (au travail et dans la vie de tous les jours) ?

Franchement très bonnes. L’intégration ne s’est pas faite que par le boulot mais aussi beaucoup par les enfants, via l’école ou les clubs de sport. En arrivant, ma femme a travaillé plusieurs mois comme maman de jour. Ca nous a fait rencontrer pas mal de gens du quartier avec qui nous avons gardé des liens.

As-tu des amis suisses ? Français ? Étrangers ?

Suisses oui. Français, bof j’évite (mais nooon, j’décoooonne). Étrangers oui, de toutes nationalités ou à peu près (je ne connais pas encore de Fidjien par exemple. Ni de Turkmène).

L’heure du bilan

Te sens-tu intégré ?

Oui pas mal. Par exemple: il y a une sorte de principe ou de rituel chez les suisses (surtout les suisses allemands) qui est de passer son dimanche à la campagne ou en montagne à découvrir des endroits inconnus. A présent, c’est moi qui renseigne des chouettes balades à faire à mes amis suisses.

Comment juges-tu ta vie actuelle (par rapport à ta vie avant de venir travailler en Suisse) ?

Très intéressante et épanouissante. Tant sur le plan professionnel que sur le plan personnel. Je n’aurais jamais eu autant d’opportunités de développement professionnel en Belgique. Et je n’aurais jamais connu autant de diversité culturelle en restant en Belgique.

As-tu la nostalgie du pays ?

Non. Pas vraiment. Il y a évidemment un peu la famille et les amis mais que je revoie régulièrement (Verviers n’est qu’à 600 kilomètres ou 7 heures de route…). Il y a aussi 2-3 trucs culinaires: la variété des bières, la sauce andalouse, les boulettes sauce lapin, les chocolats Galler, le pain (aaah un bon gros carré blanc coupé…), les moules, les crevettes, la mer à Pâques… Mais c’est pas mal compensé par les vins, la moutarde de Bénichon, les meringues à la crème double, les montagnes absolument magnifiques, de la vraie neige (pas juste 3 flocons tous les 5 ans), la fondue moitié-moitié…
Ma femme m’a déjà dit plusieurs fois que ça ne la dérangerait pas de rentrer « un jour » en Belgique. Mais moi, j’imagine vraiment ça très mal. Émigrer dans un autre pays, pourquoi pas. Avec encore plus de soleil tiens (tiens en passant, il fait vachement moins humide en Suisse qu’en Belgique !). Mais revenir en Belgique, bwaarf.

Consultez le blog de Doremi, Doremi’s blog

RSS_32 Recevez par mail directement tous les nouveaux billets du blog de Travailler en Suisse ou abonnez-vous au flux RSS

Blog d’expats #4 : La Fille, professeure de français

Avatar de La FilleVoici un nouveau portrait d’expat. « La Fille » est arrivée voici bientôt deux ans en Suisse pour y suivre son mari (le Gars). Fraîchement arrivé de Paris, ces deux français nous ont fait part dans leur blog, au travers d’anecdotes, de commentaires et d’étonnements, de leur installation en Suisse et de la création de l’entreprise de la Fille. La Fille est l’une des instigatrice des mercredis Frouze à Lausanne, une réunion de Français expatriés en Suisse romande.

Un heureux événement, la naissance de Maximilien, est venu combler de bonheur les deux parents : la vie en Suisse semble donc bien leur réussir…

Identité

Qui es-tu ? La Fille

De quel pays es-tu originaire ? De France

Depuis combien de temps travailles-tu en Suisse ? Depuis mai 2008 pour le travail (mais arrivée en novembre 2007)

Frontalière ou résidente ? Résidente (permis B)

Es-tu venu seule ou en famille ? En famille, avec mon mari.

Quel est ton métier ? Je suis professeure de Français indépendante.

Dans quel canton travailles-tu ? Vaud.

Ton recrutement en Suisse

Comment (par quel canal) as-tu trouvé ton job en Suisse ?

Mon mari avait répondu à l’annonce d’un cabinet de recrutement situé à Paris. Pour ma part, j’ai créé mon entreprise une fois sur place.

Te rappelles-tu de ta phase de recrutement ? Comment s’est-elle passée, et qu’est-ce qui t’a marqué ?

Pas de phase de recrutement pour moi donc. La création de mon entreprise s’est bien passée, très simplement. La création en elle-même engendre plus de frais qu’en France et un peu plus de « paperasse », car il faut prouver son statut d’indépendant. Mais j’ai été bien informée et les démarches se font assez facilement par Internet et grâce à des interlocuteurs collaboratifs. Surtout, les charges sociales sont bien moins élevées qu’en France, ce qui donne plus de chance à l’entreprise de perdurer.

Quels conseils (en terme d’emploi) donnerais-tu à ceux qui veulent travailler en Suisse ?

Bien cibler les entreprises qui nous intéressent. Faire des candidatures (ou de la pub dans mon cas) personnalisées.
Pour une création d’entreprise, savoir que les gens s’attendent à un niveau de qualité élevée, et donc agir en conséquence.
Ne pas être « trop français », c’est-à-dire être critique ou moqueur, parler directement des problèmes, être trop fantaisiste ou décalé : les Suisses ne comprennent pas tellement cet état d’esprit.

Ton arrivée en Suisse

Qu’est-ce qui a été le plus difficile lors de ton installation ?

La quête d’un appartement a, de mon point de vue, généré le plus de stress, mais finalement, on a trouvé ce que l’on cherchait ! Sinon, l’installation ne m’a pas semblé difficile. Les Suisses sont sympathiques et rendent volontiers service. Si on est ouvert et prêt à s’adapter à une mentalité un peu différente, c’est facile de s’intégrer, et finalement amusant.

Qu’est-ce qui t’a le plus marqué sur le plan culturel en arrivant en Suisse ?

J’ai trouvé (je trouve) Lausanne et sa région très dynamique. Il y a beaucoup de festivals, de musées, d’expositions, etc. Chacun peut y trouver son compte.

Vie au travail

T’a-t-on fait ressentir que tu étais étranger(gère) ?

Je ne suis pas vraiment concernée compte tenu de mon activité. Cela dit, j’ai des élèves suisses et je n’ai jamais eu de soucis avec eux, même si je ne maîtrise pas encore toutes les subtilités du système scolaire vaudois.

Tes relations avec les Suisses

Comment juges-tu tes relations avec les Suisses (au travail et dans la vie de tous les jours) ?

Agréables. Les Suisses sont toujours polis. J’ai un peu plus de difficultés avec les Suisses allemands qui ne partagent pas toujours mon humour et qui sont plus stricts que les Romands. Cela étant, une fois qu’on a compris qu’il faut respecter les règles, c’est beaucoup plus simple.

As-tu des amis suisses ? Français ? Étrangers ?

Des amis français grâce aux Mercredis Frouzes, des amis étrangers grâce à mes cours, mais je n’ai pas de relations très suivies avec des Suisses (pas au point de les qualifier d’amis).

L’heure du bilan

Te sens-tu intégré ?

Oui, très bien.

Comment juges-tu ta vie actuelle (par rapport à ta vie avant de venir travailler en Suisse) ?

Bien meilleure en termes de qualité de vie, de plaisir à travailler. J’aime beaucoup ma vie actuelle.

As-tu la nostalgie du pays ?

Pas vraiment. Plutôt la nostalgie de certains produits, notamment alimentaires. Et encore, on s’y fait, finalement !

Consultez le blog de La Fille Ya le feu au Lac


RSS_32 Recevez par mail directement tous les nouveaux billets du blog de Travailler en Suisse ou abonnez-vous au flux RSS

Blog d’expat en Suisse #3 : Dario, Manager IT

darioPour le troisième portrait de nos bloggers expats en Suisse, j’ai choisi Dario, un belge qui a choisi de vivre en France et d’avoir le statut de frontalier. Le hasard a fait que la route de Dario et la mienne se sont croisées au moment où il a commencé sont activité en Suisse. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’en un peu plus de 3 ans, il n’a pas chômé : après avoir commencé dans un célèbre laboratoire pharmaceutique à Genève, il est passé par une société financière, pour finir chez Nespresso.

Il faut dire que Dario est un passionné, et quand vous parlez avec lui, vous ne pouvez pas rater ce trait de caractère. Son blog est plutôt personnel : il donne des informations sur sa vie quotidienne afin que ses amis et sa famille restée en Belgique puisse suivre les aventures de la famille Mangano et voir grandir les enfants. Et il donne de temps en temps, des informations sur les difficultés ou les joies d’être frontalier…

Identité

Qui es-tu ? Dario Mangano

De quel pays es-tu originaire ? De Belgique

Depuis combien de temps travailles-tu en Suisse ? Je travaille en Suisse depuis 3 ans

Frontalier ou résident ? Frontalier (permis G)

Es-tu venu seul ou en famille ? Seul les 3 premiers mois, puis en famille.

Quel est ton métier ? Je suis manager IT.

Dans quel canton travailles-tu ? Après presque 3 ans sur Genève, je suis maintenant à Lausanne, chez Nespresso (groupe Nestlé), et je dirige le département de Business Intelligence.

Ton recrutement en Suisse

Comment (par quel canal) as-tu trouvé ton job en Suisse ?

Un chasseur de tête est venu me chercher.

Te rappelles-tu de ta phase de recrutement ? Comment s’est-elle passée, et qu’est-ce qui t’a marqué ?

Ce qui m’a marqué, c’est d’avoir appris que le job était à l’étranger, qu’au moment ou le chasseur de tête ma dit qu’il ferait le nécessaire pour les billets d’avion pour ma 1ère interview !
Et puis également l’attention particulière que mes futurs employeurs ont mis à vérifier mon parcours professionnel en contactant mes références.

Quels conseils (en terme d’emploi) donnerais-tu à ceux qui veulent travailler en Suisse ?

Se renseigner sur les taxes, les faux frais, lire les blogs, lire les livres spécialisés et surtout ne pas croire que la Suisse est un paradis fiscal ! Choisir une société qui ne sois pas Suisso/Suisse.

Ton arrivée en Suisse

Qu’est-ce qui a été le plus difficile lors de ton installation ?

Me faire accepter par mes collègues Suisses. Il m’a fallu 6 mois pour commencer à manger avec eux sur le temps de midi. Je conseille aux expats de choisir des sociétés qui ont aussi d’autres expats parmi leurs employés.

Qu’est-ce qui t’a le plus marqué sur le plan culturel en arrivant en Suisse ?

L’accueil froid. La façon très réservée qu’ils ont de faire la fête. La politique. Le rapport à l’argent. L’isolement culturel (je cherche souvent des endroits pour voir des artistes internationaux se produire..)

Vie au travail

Comment s’est passée ton intégration dans l’entreprise suisse ?

Avec les autres expats ça c’est super bien passé. Avec les Suisse, il a fallu beaucoup de temps pour finalement être accepté

T’a-t-on fait ressentir que tu étais étranger(gère) ?

Oui, et c’est encore le cas souvent. Et aussi que je suis frontalier !

Tes relations avec les Suisses

Comment juges-tu tes relations avec les Suisses (au travail et dans la vie de tous les jours) ?

Avec certains ça se passe très bien, avec d’autres beaucoup moins. J’ai appris à reconnaître les 2 sortes de Suisses maintenant (les ouverts et les pas ouverts…)

As-tu des amis suisses ? Français ? Étrangers ?

Oui.

L’heure du bilan

Te sens-tu intégré ?

Oui, malgré des petits problèmes, je ne peux pas me plaindre…

Comment juges-tu ta vie actuelle (par rapport à ta vie avant de venir travailler en Suisse) ?

L’environnement est beaucoup plus enrichissant. Beaucoup de contacts avec des gens intéressants venant du monde entier. Une nature très belle et omniprésente et mon secret est de me considérer en vacances du vendredi soir au lundi matin. Je visite énormément la région. Je me sens en sécurité.

As-tu la nostalgie du pays ?

Souvent, mais j’y retourne régulièrement.(il m’arrive de prendre l’avion pour aller voir un concert en Belgique par exemple). Ce qui me manque c’est la chaleurs dans les relations humaines et le côté festif des belges. Maintenant quand je rentre en Belgique, il y a aussi des choses qui me choquent là bas ;-)

Consultez le blog de Dario, Dario and Co chez les Helvètes Undergound

RSS_32 Recevez par mail directement tous les nouveaux billets du blog de Travailler en Suisse ou abonnez-vous au flux RSS

Blog d’expat en Suisse #2 : Vilay, horloger

vilayDeuxième portrait de nos expats bloggers en Suisse avec Vilay. Vilay est Français, marié à une américaine, et vit et travaille en Suisse dans le canton de Neuchâtel, après avoir passé quelques années aux Etats-Unis. Un vrai expat donc. Et si vous voulez profiter de son ouverture sur le monde, parcourez vite son blog personnel : vous y retrouverez ses nombreuses visites de la Suisse, mais également ses découvertes suisses. Comme tous les horlogers, Vilay est un passionné et cela se sent. Bref, son blog, je l’aime bien, et son verbe est souvent juste.

Identité

Qui es-tu ? Vilay

De quel pays es-tu originaire ? De France

Depuis combien de temps travailles-tu en Suisse ? Je travaille en Suisse depuis juin 2007

Frontalier ou résident ? Résident (permis B)

Es-tu venu seul ou en famille ? Nous sommes venus en famille (5 personnes) dans un camion de déménagement loué en France : -)

Quel est ton métier ? Horloger

Ton recrutement en Suisse

Comment (par quel canal) as-tu trouvé ton job en Suisse ?

J’ai trouvé mon job par internet sur le portail emploi jobup.ch

Te rappelles-tu de ta phase de recrutement ? Comment s’est-elle passée, et qu’est-ce qui t’a marqué ?

L’entretien était normal sauf qu’à l’époque, ils cherchaient désespérément du personnel et rapidement.  J’ai dis que je devais tout d’abord trouver un logement en Suisse; le directeur à donc décroché son téléphone et demandé à une de ses connaissances s’il avait un appartement de libre pour une famille, ce qui était le cas.  15 minutes plus tard, ma femme (qui attendait dans la voiture) et moi visitions notre appartement.
Bref, en moins de 2 heures, j’ai décroché un emploi et un appartement en Suisse.

Quels conseils (en terme d’emploi) donnerais-tu à ceux qui veulent travailler en Suisse ?

Mon conseil principal : se renseigner sur le pays et s’adapter.

Ton arrivée en Suisse

Qu’est-ce qui a été le plus difficile lors de ton installation ?

Je n’ai pas eu de grandes difficultés pour mon installation.  Il fallait néanmoins être au courant de toutes les aides sociales (caisse de compensation).

Qu’est-ce qui t’a le plus marqué sur le plan culturel en arrivant en Suisse ?

La sécurité (les vélos des gosses peuvent rester dehors toute la nuit sans que je m’inquiète le moins du monde par exemple), le niveau de vie, la qualité de vie.

Vie au travail

Comment s’est passée ton intégration dans l’entreprise suisse ?

Je me suis bien intégré dans mon entreprise et je trouve que les opportunités pour moi sont plus grandes que si j’étais resté en France.

Tes relations avec les Suisses

Comment juges-tu tes relations avec les Suisses  (au travail et dans la vie de tous les jours) ?

Au travail, pas de problème.  J’ai des amis principalement de mes cours du soir en horlogerie (Français, étrangers de Suisse et Suisses).  Dans la vie du village, je n’ai pas vraiment de relation, les gens sont plutôt entre eux.

As-tu des amis suisses ? Français ? Étrangers ?

Oui, ici j’ai des amis français, et suisses. Par contre, les deux ne se mélangent pas souvent.

L’heure du bilan

Te sens-tu intégré ?

Je me sens pas d’ici parce que je vouvoie alors que les gens d’ici se tutoient entre eux et s’appellent par leurs prénoms (c’est un petit village), mais je me sens malgré tout intégré et à l’aise.

Comment juges-tu ta vie actuelle (par rapport à ta vie avant de venir travailler en Suisse) ?

Je pense que les opportunités pour moi sont largement supérieures qu’en France.

As-tu la nostalgie du pays ?

Pas du tout.

Consultez le blog de Vilay, Frog you, le blog d’un Français expatrié en Suisse

RSS_32 Recevez par mail directement tous les nouveaux billets du blog de Travailler en Suisse ou abonnez-vous au flux RSS