En 2013, il vaut mieux naître en Suisse qu’en France…

Vous voulez vous expatrier et vous ne savez pas dans quel pays ? Un indicateur devrait pouvoir vous aider à choisir : The Economist a sorti en décembre dernier le classement des pays où il fait bon naître, le « where to be born index« .

Pour ceux qui me lisent régulièrement, au petit jeu des classements mondiaux, la Suisse a obtenu de beaux succès en se positionnant dans les premières places : investissement en R&D, innovation, richesse par habitant sont notamment quelques exemples de critères où la Suisse se distingue des autres pays du monde. et sur ce nouveau classement des pays où il fait bon naître, la Suisse est encore en 1ère position…

La Suisse, 1er pays au monde où il fait bon naître

Mais comment ont-ils fait pour faire un classement mondial des pays où il fait bon « naître » ? Simplement en tenant de critères à la fois subjectifs comme la satisfaction où la qualité de vie pour les familles, mais également des critères beaucoup plus objectifs comme le climat social, les chiffres de l’emploi, les chiffres de la criminalité, ainsi que des prévisions du dynamisme économique à 2030. Le résultat est le suivant :

Classement 2012
Pays
Score (sur 10)
Classement 1998
1Suisse8,2213
2Australie8,1218
3Norvège8,0913
4Suède8,029
5Danemark8,0124
6Singapour8,0036
7Nouvelle-Zélande7,9518
8Pays-Bas7,9410
9Canada7,915
10Hong Kong7,807
............
16Allemagne7,383
16Etats-Unis7,381
............
26France7,042
............
72Russie5,3121

Les pays du nord de l’Europe et les petits pays sont-ils l’avenir ?

Dans ce classement, 2 choses m’ont frappé : tout d’abord, les petites pays occupent la tête du classement, les 6 premiers notamment sont des pays de taille très modeste.

Autre élément remarquable : les pays du nord de l’Europe sont très bien positionnés (à l’instar de ce que j’avais remarqué pour la perte du triple A), ces pays étant par ailleurs souvent de « petits » pays. Les pays souvent qualifiés comme grandes puissances ou grands pays (par la taille),comme l’Allemagne, les Etats-Unis, la France ou la Chine sont soit dans la moyenne, soit dans les dernières positions.

Enfin, ce ne sont pas les pays dits émergents qui sont les mieux positionnés.

Une évolution de ce classement qui peut faire froid dans le dos, notamment pour la France

Lorsque vous regardez le même classement établi avec les chiffres des années 1998, on ne peut que constater une détérioration grave du classement des grands pays tels que les Etats-Unis, la France ou l’Allemagne pour ne citer que ces pays. Alors que ces pays étaient dans le TOP 3 en 1998, le meilleur d’entre-eux doit être en 16ème position aujourd’hui. La Suisse quant à elle est passée de la 13 ème à la 1ère place…

La France est pour sa part passée de la 2ème à la 26ème place, caractérisant de manière très claire l’incroyable détérioration du climat social et économique…

La Suisse, un pays où il fait bon naître mais où on s’ennuie

Puisque tout ne peut pas être parfaitement positif pour la Suisse, on notera que le critère qu’on pourrait qualifier de mesure de l’ennui dans le pays semble indiquer que la Suisse est un pays où on s’ennui. Sur ce point, je dois avouer que les cantons sont très inégaux, et vous laisserai débattre sur les cantons les moins « fun »…

Alors, selon vous, de quel côté de la frontière se trouve l’avenir de nos enfants ?

Source : The Economist, where to be born index

 

PARTAGEZ
banniere-tes-after-entryjpg

Commentaires

  1. Swiss_Think a écrit

    Ces classements sont intéressants, et voir notre pays truster les premières places dans une grande partie de ces classements n’est pas pour me déplaire.

    Quand on voit ce genre de classement on comprend mieux cette jalousie qu’on ressent envers la Suisse. Jalousie mal placée car nos détracteurs feraient mieux d’essayer de nous comprendre et d’apprendre en lieu et place de critiquer et menacer…

    Dernier point l’ennui est subjectif, pour ma part je m’ennuie ferme dans une grande ville (à l’échelle suisse) mais m’éclate dans des coins reculés…

  2. falafole a écrit

    Alors ce classement est trés interessant et la façon dont vous présentez les résultats l’est encore plus.
    En 1998 la France était deuxième, donc le climat sociale était au top, l’économie aussi mais j’imagine les perspectives d’avenir aussi. Parce que un des critères qui devrait être les plus importants est selon moi comment les personnes nées en 1998 évoluent dans la vie et quelles sont leurs perspectives d’avenir. Or ces petits, nés de 98 à qui ce classement prédisait un avenir radieux, ont aujourd’hui 15 ans, dans un pays que certains disent au bord de la faillite. Il est évident que ce nieme classement ne vaut pas grand chose, car il faudrait disposer d’une boule de cristal pour savoir comment l’économie et tous les critères précités peuvent évoluer au fil des années. Les petits bébés suisse de 2013 n’ont à priori pas plus d’avance sur ceux français que ces derniers n’en avaient sur eux en 1998.

  3. CaptainDunant a écrit

    Il vaut mieux naitre en suisse. Soit. Mais à cause de blogs comme le votre, Monsieur Talerman, notre pays sera un cauchemar car vous ne faites que miroiter à vos compatriotes de venir ici alors que nous sommes déjà un tout petit pays en surcapacité! Vous avez trouvé votre fond de commerce (les pauvres français au chômage) et votre business (la Suisse). J’espère que la clause de sauvegarde tombera (ou que l’initiative UDC passera) pour que vous puissiez enfin faire quelque chose d’utile que de profiter de la Suisse (comme bon nombres de frontaliers).

    • David Talerman a écrit

      Bonjour,

      Je passerai vos commentaires sarcastiques et vos critiques pour aller sur un échange un peu plus constructif.
      Nous n’avons pas la même vision : mon rôle est précisément d’informer les personnes qui ne connaissent pas la Suisse, et faire en sorte qu’elles ne « rêvent » pas ou qu’elles ne se fassent pas avoir, par exemple pour les salaires. Venir travailler en Suisse à tout prix ou à n’importe quel prix ne me semble pas être une bonne chose.
      Pour le reste de vos commentaires, je pense très sincèrement que les candidats n’ont pas attendu de lire mes écrits pour s’intéresser à la Suisse.
      Concernant la clause de sauvegarde, je pense que ce ne serait pas une mauvaise chose qu’elle s’applique, dans la mesure où il existe un déséquilibre, que celui-ci soit rétabli ne me pose pas de problème. C’est au peuple suisse de décider…

  4. guillaume a écrit

    Bonjour,

    Certains résultats sont surprenants… l’Australie à la seconde place alors que le cout de la vie y est exhorbitant même si les salaires sont supérieurs à la France cela ne couvre pas le différentiel du cout de la vie (les villes Australiennes sont parmi les plus cheres au monde). De plus, 1 Australien sur 2 n’a pas les moyens de partir en vacances:
    http://www.lepetitjournal.com/sydney/economie/90828-sydney-actualites-economie-vacances-en-australie
    1 Australiens sur 3 n’a pas les moyens d’aller chez le dentiste, non couvert par la sécurité sociale (MEDICARE).
    Sans compter les embouteillages dans les grandes villes Australiennes, le peu de choix de nourriture, peu de structures pour les enfants (ou a un cout exhorbitant), etc… Bref, il fait mieux vivre en France (or de Paris je le concède).

  5. Thorne a écrit

    C’est vrai que la suisse est un paradis . Mais un paradis fiscal,( comme d’autres ) où il fait bon s’y être né pour profiter des placements criminels de toute sorte.. Malgré cet aspect , il y a des malheureux en Suisse . C’est comme l’argent bien nettoyé, tout parait propre et impeccable et pourtant… ah si les suisses qui ne peuvent se soigner savaient , ils s’arreteraient de défendre le pays, corps et âmes .
    Il y a de bonnes choses comme les habitants francophones encore qu’ils finissent par être contaminés par l’arrogance amusante de certains cantons de langue germaniques! Il paraitrait que nous sommes incapables de faire du telephone ,des stades sportifs et que nous salissons tout comme les — (note du modérateur : propos à caractère raciste que nous avons dû retirer) . Sympathiques les voisins … Ceci dit pour les vieux , les riches , les sportifs véreux , c’est le paradis .Dommage que l’on finisse par dire tant de choses désagréables en réponse à tant de mépris …méprisable.Heureusement que nous avons tous de bons amis , modestes et Suisse, car on en aurait la nausée.

  6. top web a écrit

    il est toujours bon de vivre en Suisse, à condition d’être assez riche quand même !
    mais cela reste valable pour les autres pays tant qu’il y a un minimum de sécurité et d’infrastructure.

    • David Talerman a écrit

      Bonjour,
      C’est un point de vue. Je ne pense pas qu’il faille être riche pour vivre en Suisse, c’est une vision un peu fantasmée de la réalité. En revanche, avoir de faibles moyens est effectivement un problème, le coût de la vie étant assez élevé.

  7. Frédérique a écrit

    Je suis bien évidemment contente pour mon pays s’il figure dans le haut du classement des pays où il fait bon vivre. Je trouve en effet agréable de vivre ici, même si tout est cher et qu’il y a beaucoup à faire encore pour que les familles n’y soient pas défavorisées (imposition, places en crèche, etc.) et que les femmes obtiennent une réelle parité des salaires et des postes à responsabilité, même à temps partiel (c’est possible).

    Je remarque ceci dit qu’il y a une génération de cela, une famille de 6 (4 enfants) pouvait vivre sur un salaire, celui du père, de situation salariale moyenne (moyenne basse, même). C’était notre cas. Aujourd’hui, il faut au moins 1,5 salaire pour vivre avec 2 enfants dans des conditions à peu près comparable. L’accession à la propriété est difficile, les vacances sont hors de prix, les loisirs idem… Il est même quasiment impossible de mettre de l’argent de côté pour les coups durs ou l’avenir. Alors, la qualité de la vie est peut-être bonne, en Suisse, mais elle a un sacré coût.

    Bonne soirée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *