Nouvel arrivant en Suisse, est-il possible d’échapper à l’assurance maladie suisse ?

Philippe, un futur résident en Suisse, m’a écrit récemment pour me demander s’il était absolument obligatoire d’être affilié au régime suisse d’assurance maladie (LAMal). Je tiens à préciser que Philippe a souscrit une assurance internationale de type CFE avec une complémentaire avant de venir

Pour répondre à la question de Philippe de manière brutale, il n’est pas possible, selon la loi, de se soustraire à l’obligation d’assurance maladie en Suisse… MAIS il existe quelques cas et solutions, que je mentionne dans mon livre.

Il est possible d’être dispensé de s’assurer en Suisse, mais sous certaines conditions

En fait, si la loi ne le permet pas, elle prend en compte quelques situations, ce que peu de personnes savent, et ce qui est peu communiqué par les autorités. En particulier, les soins et médicaments en Suisse étant très coûteux, si votre état de santé n’est pas très bon (si par exemple, vous avez un traitement à vie), vous ne serez pris en charge par aucune assurance maladie complémentaire suisse pour les soins relatifs à votre maladie, et l’assurance de base ne couvrira vraisemblablement pas les frais. Dans ce cas, la note pour les frais médicaux ou de médicaments risque d’être très salée, et il vous est alors possible de demander une exemption ou une dispense de l’obligation de s’assurer.

Dans la pratique, les cantons sont plus ou moins souples

Cette exemption se fait auprès de l’Office cantonal compétent (en général l’Office cantonal qui se charge de vérifier que vous êtes bien affilié à la LAMal), dont vous trouverez quelques coordonnées sur la page « assurance maladie en Suisse » du site Travailler-en-Suisse.ch (vous y trouverez également des informations sur le fonctionnement de l’assurance maladie en Suisse). Parmi les conditions de cette dispense, il faut être au bénéfice d’une assurance internationale AVANT l’arrivée en Suisse. Enfin, certains cantons accordent relativement facilement cette dispense, d’autres sont un peu plus raides.

Pour l’assurance santé des travailleurs frontaliers, la loi est différentes, et ceci ne s’applique pas.

Si vous êtes dans ce cas, je suis très intéressé d’avoir votre témoignage en commentaire (et votre canton d’habitation).
RSS_32 Recevez par mail directement tous les nouveaux billets du blog de Travailler en Suisse et devenez fan du Groupe Facebook « Travailler et vivre en Suisse« 

Trouver un médecin en Suisse… qui parle votre langue

Voilà qui n’a rien de révolutionnaire mais qui pourra vous aider si vous vous installez en Suisse, et particulièrement si vous vous installez en Suisse alémanique ou italophone.

Si vous ne parlez pas la langue principalement parlée dans le canton, vous trouverez peut-être agréable de trouver un médecin qui parle la vôtre. Pour cela, vous pouvez consulter le site de la fédération des médecins suisses, qui propose un moteur de recherche des médecins en Suisse, par discipline médicale, spécialisation (généraliste ou spécialiste), commune et canton. Vous y trouverez surtout un critère de recherche par langue parlée par le praticien.

La recherche peut se faire auprès des médecins libéraux et des médecins hospitaliers.

Plus étonnant encore, le site vous donnera l’année de naissance du médecin, sa carrière professionnelle (dans quelles université il a obtenu son diplôme et à quelle date), les différentes prestations qu’il propose, ainsi que son site web s’il en a un. Bref, c’est un excellent outil que je vous conseille.

Par exemple, sur Zurich, le site nous permet de voir que 392 médecins parlent le Français. Compatriotes malades exilés en Suisse alémanique, vous ne serez plus jamais seul…

Je vous rappelle au passage que vous trouverez plus d’informations sur les aspects médicaux et l’assurance maladie des expatriés et résidents en Suisse sur le site Travailler-en-Suisse.ch ainsi que dans mon livre « Travailler et vivre en Suisse« .

Et vous ? Connaissez-vous d’autres outils en relation avec la médecine qui pourrait être utile ?

RSS_32 Recevez par mail directement tous les nouveaux billets du blog de Travailler en Suisse

Santé frontaliers : quelques conseils pour limiter le risque d’augmentation des primes d’assurance

Choisissez la bonne assurance santé en SuisseLes travailleurs frontaliers ont le choix entre 3 régimes d’assurance frontaliers pour la santé (un régime suisse et deux régimes français). Le régime le plus « populaire », car souscrit par 90% des travailleurs frontaliers, est le régime privé d’assurance maladie pour frontaliers.  Ce régime étant privé, les différentes offres, proposées par les différents professionnels de l’assurance, sont souvent très différentes d’une compagnie à l’autre, ce qui ajoute à la confusion. Et souvent, les travailleurs frontaliers s’arrêtent au prix de l’assurance, sans savoir que les prix des assurances frontaliers qu’ils comparent ne proposent pas du tout les mêmes services.

Un autre phénomène, plus difficile à prévoir, vient brouiller les cartes en matière de choix d’une assurance santé : l’évolution des prix d’une année à l’autre, de votre assurance.

Attention : les prix des assurances santé augmentent souvent d’une année à l’autre

Si vous avez suivi nos conseils pour ne pas vous faire avoir par les professionnels de la santé frontalier et que vous avez trouvé un bon contrat d’assurance maladie qui vous convient, il est aussi très important de s’assurer de la pérennité  tarifaire du contrat. En effet, la plupart des contrats d’assurance laissent une totale latitude aux compagnies pour augmenter d’une année à l’autre leurs tarifs. On a même vu certaines compagnies procéder à des augmentations de plus de 40% d’une année à l’autre pour certains assurés.

Des tarifs très bas pour attirer les nouveaux clients, qui cachent une politique d’augmentation

Certaines compagnies, pour attirer les nouveaux clients, pratiquent des prix très bas (en comparaison de ce qui se fait sur le marché pour une prestation à caractéristiques équivalentes), et les augmentent ensuite mécaniquement d’une année à l’autre, parfois de manière très importante.

En fait, il n’y a pas de miracle : une société d’assurance qui pratique de tels prix ne pourra pas équilibrer ses comptes (en fait, les dépenses occasionnées par l’ensemble de ses assurés seront supérieures aux entrées d’argent, c’est-à-dire l’ensemble des cotisations). Du coup, en souscrivant une assurance santé à ces conditions de tarif, vous subirez à coup sûr des augmentations dans les années à venir.

Quelques conseils pour se prémunir d’une augmentation

1 – Demandez au professionnel qui vous fait une proposition de vous communiquer les augmentations de tarifs des années précédentes : cela vous donnera une idée de la politique de la maison

2 – Demandez-lui également qu’il vous communique la différence actuelle de tarif entre un nouveau client et un client déjà existant : cette différence est également un bon indicateur qui vous donnera une idée de ce qui vous attendra l’année suivante, lorsque vous serez un « ancien » client.

3 – Évitez les offres des compagnies peu connues qui paraissent trop belles : si une grande compagnie d’assurance peine parfois à équilibrer son risque, je vous laisse imaginer pour les compagnies de taille plus modeste…

4 – Si le professionnel de l’assurance avec qui vous traitez est un courtier (c’est-à-dire qu’il commercialise plusieurs produits de plusieurs compagnies, et pas seulement un seul), demandez-lui conseil sur ce sujet, il connait forcément les politiques tarifaires des compagnies avec lesquelles il travaille.

Consultez la page relative à l’assurance frontalier (pour la santé) du site Travailler-en-Suisse.ch pour plus d’informations.

RSS_32 Recevez par mail directement tous les nouveaux billets du blog de Travailler en Suisse

20 entreprises en Suisse romande qui bichonnent leurs employés

En Suisse romande, certaines entreprises offrent plus d’avantages que les autres à leurs collaborateurs. Quelles que soient leurs motivations (fidélisation des collaborateurs, incitation pour le recrutement…), c’est un argument qui peut parfois faire la différence.

Réservés principalement aux grandes entreprises multinationales, ces avantages commencent à voir le jour dans des entreprises de taille plus modeste.

Les avantages proposés sont multiples : ils concernent parfois les conditions de salaires, en proposant par exemple un bonus sur les bénéfices réalisés par l’entreprise, parfois les assurances sociales (avec notamment pour certaines une prise en charge plus importante de la caisse de pension – 2ème pilier – par l’entreprise qui, selon la loi, doit participer au moins à 50% ou bien une prise en charge de l’assurance maladie), ou encore les loisirs.

On voit également que certaines entreprises font des efforts pour favoriser les transports des collaborateurs, et certaines mettent enfin l’accent sur les enfants et la maternité, en proposant des crèches ou en participant financièrement, ou bien en prolongeant le congé maternité ou en augmentant les allocations familiales.

Entreprise
Salaire
Crèche / famille
Loisirs
Transports
Santé
Divers
Audemars-Piguet14ème salaire versé (dépend de l'ancienneté, des performances et des bénéfices)Subventions proposées pour le fitness et des équipement de sport.Abonnement de bus pris en charge à hauteur de 70%
Bus gratuit pour les travailleurs frontaliers
Vaccination contre la grippe.Possibilité de formation continue en langues.
Banque cantonale neuchâteloisePlace en crèche proposées.
Congé maternité de 16 semaines.
Club de loisirs
Partenariats avec des clubs de fitness
Possibilité de télétravail
CIO (Comité International Olympique)Allocations familiales plus importantes (30%).
Congé maternité de 16 semaines
Garderie prise en charge en partie
Salle de fitness
Participations aux frais de clubs de sport, clubs sportifs...
Demi tarif CFF offertCheck-up de santé proposé tous les deux ans
CoopBons d'achats offerts (sous condition d'atteinte d'objectifs)Soutien financier aux collaborateurs ayant des enfants et avec des faibles revenus8 semaines de vacances proposées à partir de 63 ans
Rabais sur le fitness
Rabais sur les articles (de 5 à 20% selon le type d'article)
CSEMCrèche d'entreprise (25 places)
3 jours de congés proposés en cas de problème familial
Court de tennis
Terrain de basket
Rabais pour le fitness (20%, sous conditions)
Services d'aide pour les expatriés (dont logement)
Possibilité de télétravail
Dupont de NemoursAssurance accident non professionnel et perte de gain prises en charge intégralement par l'employeurSalle de sport d'entreprise, et cours de sportService de prise en charge avec l'ICAS (médical)Mise à disposition d'une salle de repos
EcoservicesAssurance accident prise en charge par l'entreprise
Prévoyance professionnelle (2ème pilier) pris en charge à 75%.
bonus : 33% du bénéfice annuels reversé aux salariés
Partenariat avec la société de carsharing Mobility, et mise à disposition de scooters électriquesCheck-up de santé annuelTout le personnel travaille à 80%.
Formation des jeunes diplômés ayant pour objectif de faciliter la mobilité professionnelle dans l'entreprise.
Groupe MutuelPrise en charge partielle de la prévoyance professionnelle (2ème pilier)Possibilité de prolonger le congé maternitéSubventions pour l'assurance complémentaire
Programme de coaching pour les employés qui veulent arrêter de fumer.
Possibilité de prendre un congé payé pour un séjour linguistique
Johnson & JohnsonPrise en charge de l'assurance accident non professionnel
Prise en charge de l'assurance perte de gain
Fonds de pension propres à la société
Prise en charge à hauteur de 400 francs suisses pour le fitness
Mise à disposition d'un terrain de squash et d'un court de tennis.
Abonnement offert
Navettes gratuites pour les employés qui travaillent au Locle
Prise en charge de l'assurance maladieRabais pour l'achat de produits pharmaceutiques de la société
Retraite anticipée possible à 58 ans
LaurastarPrise en charge partielle pour des frais de crèches.Abonnement CFF demi tarif offert à certains salariésMise à disposition d'un espace de loisirs.
LogitechPrise en charge partielle de frais de fitnessCar sharing avec Mobility
Prise en charge partielle pour les employés qui utilisent les transports en commun.
Discount sur les produits commercialisés par Logitech
MedtronicAssurance accident non professionnel prise en charge intégralementOffres proposées sur les cours de natations, Prise en charge partielle des frais de fitness.Prise en charge de l'assurance santéLogements proposés aux expatriés
Offres proposées pour des cours de coaching.
Possibilité de télétravail
MigrosPrévoyance professionnelle (2ème pilier) pris en charge à 66%.Possibilité de prendre un congé paternité de 2 semainesSelon les cantons de travail, diverses réductions offertes sur les restaurants du groupe, chèques cadeaux offerts...
7 semaines de vacances pour les employés de 60 ans et plus.
NestléPrise en charge partielle de frais de gardierieWellness center incluant de nombreux services : fitness, centre médical, cafétéria, restaurants.Abonnement demi tarif offert à certains collaborateursMise à disposition de quelques logements temporaires à Vevey.
Philip Morris InternationalGarderie mise à disposition (à partir de 2010).Salle de fitness dans le locauxPour les employés qui vivent à plus d'un kilomètre de leur lieu de travail et qui décident de ne pas prendre leur voiture, l'abonnement aux transports publics est offert.Services d'accueil pour les travailleurs expatriés (relocation).
Mise à disposition de logements temporaires.
Procter & GambleAssouplissement du temps de travail pour les femmes qui ont des enfants.
Possibilité de prolonger le congé maternité d'un an (non payé)
Abonnement aux transports publics genevoid (TPG) payés.
RaiffeisenA partir de 6 ans de service, congé maternité de 24 semaines.
3 semaines de congé paternité.
Mise à disposition d'un espace d'allaitement
Car sharing avec Mobility.
Abonnement demi-tarif
Rabais sur l'assurance santé complémentaire (contrat collectif).60 jours de congés payés pour les cadres supérieurs ayant au moins 13 an d'ancienneté.
Retraites PopulairesMise à disposition de places dans des garderies.
Mise à disposition d'un espace d'allaitement
Radio Suisse Romande10 jours de congé paternité.
20 jours de congés d'adoption
Partenariat avec des garderies.
Redevance radio et TV (billag) gratuite pour les salariés qui travaillent à plein temps.20% remboursés sur l'abonnement de transport public (maximum 200 francs suisses).Vaccination contre la grippe.
SiemensParticipation aux frais de crècheServices de recherche de logements pour les travailleurs expatriés.
Possibilité de télétravail

source : l’Hebdo

Vous pouvez également consulter le classement des meilleures entreprises de Suisse romande établit par le magazine Bilan sur le site Travailler-en-Suisse.ch, ainsi que le billet sur les annuaires d’entreprises à Genève.

Et vous, dans votre entreprise, êtes-vous content des avantages dont vous bénéficiez, et quels sont-ils ?
RSS_32 Recevez par mail directement tous les nouveaux billets du blog de Travailler en Suisse ou abonnez-vous au flux RSS

Blog d’expat en Suisse #7 : Eric, Mandataire en brevets européens

vignette-blog-ericÉric est notre 7ème portrait de blogger expat en Suisse.

Arrivé en Suisse il y a presque deux ans, il a intégré Nestlé, l’une des entreprises multinationales les plus connues au monde, et qui a son siège à Vevey. C’est donc dans le canton de Vaud qu’il s’est installé, et l’expérience de son arrivée qu’il nous relate, que ce soit dans l’entreprise ou le canton, est très intéressante.

Son blog, Tribulations helvètes était initialement un journal de bord de son arrivée et de son installation en Suisse, à l’attention de sa famille et de ses amis : un moyen de leur faire part de ses impressions en somme, ainsi que les surprises et les étonnements. Au fil du temps, le blog est devenu pour lui un outil pratique pour donner des nouvelles.

Identité

Qui es-tu ? Eric

De quel pays es-tu originaire ? France

Depuis combien de temps travailles-tu en Suisse ? Depuis janvier 2008

Frontalier ou résident ? Résident (permis B-CE/AELE)

Es-tu venu seul ou en famille ? Seul

Quel est ton métier ? Mandataire en brevets européens

Dans quel canton travailles-tu ? Le canton de Vaud

Ton recrutement en Suisse

Comment (par quel canal) as-tu trouvé ton job en Suisse ?

Chasseur de tête et une annonce dans un journal professionnel

Te rappelles-tu de ta phase de recrutement ? Comment s’est-elle passée, et qu’est-ce qui t’a marqué ?

J’ai été étonné par la rapidité, l’efficacité et la flexibilité du processus de recrutement. J’ai d’abord complété une évaluation psychologique « on-line » pour préparer des entretiens la semaine suivante, avec une personne des RH, mon futur patron et futur collègue. Mon employeur (Nestlé) m’a entièrement défrayé sans que j’aie besoin de le demander (contrairement à certaines entreprises en France). Puis les RH voulaient que je revienne pour une seconde série d’entretiens. Comme je ne pouvais pas me libérer, les entretiens ont eu lieu par téléphone. J’ai reçu la proposition d’embauche dans la semaine ! Ma démission n’arrangeait pas mon ancien employeur et j’ai accepté de prolonger mon préavis, après en avoir discuté avec mon futur chef de département, qui n’y voyait pas d’inconvénient. A mon arrivée, tout était prêt : PC, bureau, journée d’accueil, rende-vous organisés pour déjeuner avec mes nouveaux collègues…

Quels conseils (en terme d’emploi) donnerais-tu à ceux qui veulent travailler en Suisse ?

Vu sa dimension internationale, je ne pense pas que Nestlé reflète vraiment l’entreprise suisse. J’ai de la peine à donner un conseil sur ce point. Évidemment, il est essentiel de maîtriser plusieurs langues, dont l’anglais (langue de travail). Les démarches au moment de l’arrivée sont un peu complexes, mais probablement pas plus que pour un étranger qui débarque en France… Une chose tout de même, ne pas oublier que les charges sociales en Suisse sont relativement faibles pour l’employeur comme pour l’employé, par rapport à la France. Par conséquent, pour estimer son salaire en Suisse, il faut au moins intégrer au salaire brut français les charges que l’employeur paie en France. Il faut aussi se renseigner sur les primes d‘assurance maladie. Cela permet de calculer un « package » qui permettra de cotiser plus facilement aux 2ème et 3ème piliers.

Ton arrivée en Suisse

Qu’est-ce qui a été le plus difficile lors de ton installation ?

Trouver un appartement. Heureusement, j’ai pu sous-louer un studio pendant quelques mois et Nestlé m’a offert les services d’une agence de recherche d’appartement. J’imagine que c’est le genre de chose à évoquer lors des entretiens d’embauche.

Qu’est-ce qui t’a le plus marqué sur le plan culturel en arrivant en Suisse ?

D’abord, le changement d’horaire. Tout est décalé de 2 à 3 heures : l’ouverture et la fermeture des commerces, des bureaux… J’ai aussi été surpris par la sollicitude de mes interlocuteurs dans l’administration (commune, canton) ou les assurances et les différents services industriels (eau, tél, électricité…). Le plus souvent, les gens sont prêts à expliquer les démarches et à offrir leur aide, alors qu’en France j’ai rarement reçu une aide claire et complète sans avoir l’impression de déranger avec mes questions. Enfin, la coupe d’Europe l’an dernier a été une sorte de révélateur de l’impressionnante multiculturalité de ce pays.

Vie au travail

Comment s’est passée ton intégration dans l’entreprise suisse ?

Comme je le mentionne plus haut, je travaille dans une entreprise multinationale. Elle est habituée à recevoir des employés de tous horizons et a mis en place un processus d’intégration efficace. J’ai eu l’occasion de rencontrer mes interlocuteurs et collègues, pour me présenter et connaître leurs attentes. J’ai aussi suivi des formations de présentation de l’entreprise.

T’a-t-on fait ressentir que tu étais étranger(gère) ?

Non. En fait, il y a plus de non-Suisses que de Suisses dans le département où je travaille.

Tes relations avec les Suisses

Comment juges-tu tes relations avec les Suisses (au travail et dans la vie de tous les jours) ?

Excellentes. Mes collègues suisses sont très ouverts aux étrangers et nous organisons régulièrement des sorties. Comme je suis musicien, j’ai intégré plusieurs sociétés (i.e. associations), et je fais même partie du comité (i.e. le bureau) de l’une d’elles depuis plus d’un an. J’ai vite adopté certaines expressions qu’on ne trouve pas en France, et en arrivant, j’ai lu un bouquin sur l’histoire de la Suisse (la Suisse pour les Nuls, pour ne pas le citer). Des amis suisses (j’anticipe sur la question suivante…) plaisantaient même en disant que j’étais presque prêt pour passer l’examen de naturalisation ! L’intégration s’est donc bien déroulée.

As-tu des amis suisses ? Français ? Étrangers ?

Oui, oui et oui. Entre autre grâce à la Fille, j’ai rencontré de nombreux Français à Lausanne et alentours. Elle m’a transmis la responsabilité d’organiser les mercredis Frouzes, ce qui me donne une occasion supplémentaire de rencontrer du monde. J’ai rencontré quelques personnes via mon blog. Évidemment, le travail permet aussi de rencontrer des amis, essentiellement des non-Suisses.

L’heure du bilan

Te sens-tu intégré ?

Tout à fait.

Comment juges-tu ta vie actuelle (par rapport à ta vie avant de venir travailler en Suisse) ?

Je bénéficie d’une bien meilleure qualité de vie, et le travail est aussi intéressant. Je trouve la vie culturelle très riche, je profite de la montagne et du lac. Le changement d’atmosphère m’a probablement obligé à sortir de ma coquille et reprendre des activités que j’avais plus ou moins laissées de côté.

As-tu la nostalgie du pays ?

Non, je le vois tous les jours, de l’autre côté du lac ! Évidemment la famille et les amis « restés » en France me manquent, mais le téléphone et le train font des miracles de nos jours.

Consultez le blog d’Eric, Tribulations helvètes

RSS_32 Recevez par mail directement tous les nouveaux billets du blog de Travailler en Suisse ou abonnez-vous au flux RSS

10 conseils indispensables pour bien débuter en Suisse

swiss-attitude-corpCe mardi j’ai animé une conférence organisée par l’Ambassade de France à Zurich et la Chambre France Suisse pour le commerce et l’industrie sur le thème suivant :

10 conseils indispensables pour bien débuter en Suisse

Voici les différents thèmes abordés, et je vous laisserai télécharger le document qui résume la présentation que j’ai faite :

Au travail, entraînez-vous à faire (et à avoir) confiance

Prenez les rapports de travail en France entre employé / employeur, vous faites exactement l’inverse et vous aurez une indication sur la qualité de la relation en Suisse entre les employés et employeurs.

Comprenez le principe général du droit du travail en Suisse

Dans le droit du travail en France, on cherche à atteindre un idéal (tout est défini et réglé dans les textes), alors qu’en Suisse, on fixe plutôt les limites à atteindre.

Avoir la « suisse attitude » en entreprise

Que faire et quel comportement avoir pour bien s’intégrer dans une entreprise en Suisse ?

Faites taire votre culture française, elle est un peu trop bruyante pour les Suisses

Le terme n’est pas de moi mais il est tellement vrai : si vous conservez votre comportement français dans une entreprise suisse, vous aurez inévitablement des problèmes.

Quelques conseils pour vos démarches administratives

Un petit condensé de ce qu’il faut savoir sur les relations avec les employés cantonaux et communaux, sur l’échange du permis de conduire en Suisse, sur la régularisation de sa situation fiscale en France lorsqu’on s’expatrie en Suisse, et sur son inscription au Consulat ou à l’Ambassade.

Quelques conseils relatifs au logement en Suisse

Pour ceux qui signent des contrats de bail dans une langue qu’ils ne maîtrisent pas, il vaut mieux s’assurer d’un certain nombre de choses… Le contrat doit être renouvelable, l’état des lieux précis, et vous êtes invités à bien payer les derniers mois de loyer avant votre départ d’une location en Suisse.

Assurances : les conseils « de base »

Pourquoi il est indispensable de ne pas attendre 3 mois avant de s’assurer pour la maladie ? Les membres de ma famille sont-ils assurés contre les accidents ? Que se passe-t-il si je me fais voler ma voiture en plaques suisses hors de Suisse ? Voici quelques points à éclaircir, sous peine de rencontrer quelques problèmes le moment venu.

Bien se comporter sur les routes suisses

Quel comportement avoir sur la route en Suisse ? Attention à ne pas se faire dénoncer pour mauvais comportement router. Les amendes transfrontalières vont s’intensifier. Et savez-vous qu’en cas de faute grave avec récidive vous pourriez payer une amende correspondant à un pourcentage de votre salaire annuel ?

Les transports en commun en Suisse

Pourquoi ne pas utiliser l’un des réseau les plus denses et les plus ponctuels au monde ? Et pourquoi ne pas utiliser les abonnements des CFF pour payer moins ?

Quelques astuces en plus

La clé de votre expatriation, c’est l’intégration de votre femme et de vos enfants.

Et sympathisez aussi avec les étrangers qui sont bien intégrés, ils seront un « pont » vers des amitiés suisses.


Et vous, quels sont vos conseils ?

Pour en savoir plus :

RSS_32 Recevez par mail directement tous les nouveaux billets du blog de Travailler en Suisse ou abonnez-vous au flux RSS