La Suisse, pays des milliardaires

J’adore de temps en temps faire des titres bien accrocheurs. Et celui-ci est pas mal dans le genre, d’autant que je passe beaucoup de temps et d’énergie à faire comprendre à ceux qui ne connaissent pas la Suisse qu’il n’y a pas que des riches en Suisse, et que tout le monde ici ne roule pas en Porsche.

Il faut en effet savoir que parmi les clichés sur la Suisse, celui d’une Suisse habitée par de riches nantis est celui qui est le plus persistant.

10% des milliardaires dans le monde vivent en Suisse

Mais revenons au sujet d’origine : l’argent, les riches, les milliardaires et les millionnaires, le luxe helvète quoi !

Une étude de l’Université de Bâle a mis en avant plusieurs chiffres impressionnants au sujet des millionnaires et milliardaires en Suisse :

- 1 milliardaire sur 10 réside en Suisse

- la Suisse est le 3ème pays au monde ayant le plus de millionnaires

- les 3% de la population résidente en Suisse paye autant d’impôts que les 97% qui restent

- sur les 300 personnes les plus riches habitant en Suisse, 50% a hérité

L’étude souligne le fait que la tendance augmente avec le temps, et selon les responsables de l’étude, cette situation n’a pas de précédent, ce qui fait de la Suisse une place unique.

L’étude propose également un classement par canton (que je n’ai malheureusement pas réussi à retrouver) : et le canton de Vaud figure parmi l’un de ceux ayant la plus forte concentration de riches. Le forfait fiscal, ce régime particulier réservé aux riches étrangers qui créé parfois des tensions inégalitaires avec les locaux, y est probablement pour quelque chose.

La Suisse, une option sérieuse pour les riches Français

Si vous êtes Français vivant en France, et dans le coeur de cible de l’étude (une personne avec une fortune supérieure à 100 millions de francs suisses), la Suisse peut être une sérieuse option, non seulement pour les conditions fiscales, stables, et relatives au forfait fiscal (qui, dans certains cas, vous permettra de payer jusqu’à 15 fois moins d’impôt par rapport à la France), mais aussi (et surtout) pour la qualité de vie qu’on trouve ici. Alors faites comme Johnny et quelques personnalités françaises, exilez-vous !

Et vous, êtes-vous étonné de constater que la Suisse est choisie par autant de personnes fortunées ?

RSS_32 Recevez par mail directement tous les nouveaux billets du blog de Travailler en Suisse et devenez fan du Groupe Facebook « Travailler et vivre en Suisse »

source : Université de Bâle

Classement des cantons selon la difficulté de se loger

Copyright iStockPhoto

S’installer en Suisse est, selon le canton où vous voulez trouver un logement, un exercice qui peut s’avérer très difficile.

Pour mesurer cette difficulté, il existe un indicateur qui permet d’indiquer le taux de logements libres (taux de logements vacants) à un moment donné et son évolution, à la fois au niveau suisse, mais surtout au niveau de chaque canton.

La dernière étude officielle en date sur le sujet vient de sortir, et je vous propose de vous concentrer sur ce seul indicateur, ce qui vous donnera une idée de la difficulté que vous aurez pour vous loger si vous avez l’intention de travailler en Suisse et d’y vivre.

Genève, Zoug et Vaud sont les cantons suisses où il est le plus difficile de se loger

Je parle régulièrement de ce sujet, notamment des problèmes de logement à Genève où il existe une tension particulière sur l’immobilier : le 1er juin 2009, il y avait à Genève 467 logements vacants, correspondant à un pourcentage de 0,22% (le taux en Suisse entière est de 0,90%). Zoug (0,29%, avec 144 logements libres), et le canton de Vaud (0,43) sont les deux autres villes suisses où la tension immobilière est la plus forte. A l’inverse, les cantons du Jura et Glaris (1,89% chacun) sont ceux où il est moins difficile de se loger.

 
Taux de logements vacants
Nombre total de logements vacants
variation en nombre
variation en %
Suisse0,9034761-2357-6,4
Zurich0,6643103308,3
Berne1,105483-138-2,5
Lucerne0,631068-271-20,2
Uri0,75128-22-14,7
Schwytz0,805136013,2
Obwald0,74132-29-18,0
Nidwald0,87166-39-19,0
Glaris1,89377-51-11,9
Zoug0,29144118,3
Fribourg0,851030-243-19,1
Soleure1,682013-162-7,4
Bâle-Ville0,90969-325-25,1
Bâle-Campagne0,53683538,4
Schaffhouse1,04388-160-29,2
Appenzell Rh.-Ext.1,14296-117-28,3
Appenzell Rh.-Int.1,30862030,3
Saint-Gall1,413141-115-3,5
Grisons0,851205443,8
Argovie1,353634-309-7,8
Thurgovie1,491652-145-8,1
Tessin0,791585755,0
Vaud0,431503-118-7,3
Valais1,172233-555-19,9
Neuchâtel1,09930-114-10,9
Genève0,22467368,4
Jura1,89625-73-10,5

Malgré les difficultés que vous pourriez avoir à vous loger, je vous invite à persévérer et choisir le statut de résident (permis B par exemple) plutôt que frontalier (permis G) si vous voulez mieux vous intégrer en Suisse, et découvrir pleinement le pays.

Et vous, avez-vous (eu) des difficultés pour vous loger, et quelles sont vos conseils ?

source : Statistiques suisses de la construction et des logements vacants, 2008-2009 (pdf)

RSS_32 Recevez par mail directement tous les nouveaux billets du blog de Travailler en Suisse et devenez fan du Groupe Facebook « Travailler et vivre en Suisse »

Un guide gratuit pour les étrangers du canton de Vaud

Avec près de 30% de la population résidente qui est étrangère, le canton de Vaud est un des cantons de Suisse romande qui accueille le plus d’étrangers.

Depuis quelques années, le canton édite un document gratuit et très utile intitulé « Bienvenue dans le canton de Vaud« .

Vous y trouverez des informations utiles et pratiques sur de nombreux domaines : demandes de permis, assurance santé, gardes d’enfant, scolarité, emploi…

Il réunit par ailleurs de nombreuses adresses utiles. Ce document d’une cinquantaine de pages dont je vous recommande la lecture peut être téléchargé au format pdf sur le site Vaud.ch. Ce site propose par ailleurs de nombreuses informations très utiles sur le canton, à la fois pour les particuliers et pour les créateurs d’entreprises ou investisseurs.

Il y a quelques mois, le canton de Genève avait sorti une brochure équivalente dont nous vous avions un peu parlé.

Ce n’est un secret pour personne, j’adore la Suisse, mais tout particulièrement le canton de Vaud, que je considère comme ma patrie d’adoption, même si je n’y réside plus aujourd’hui. Alors ça me fait particulièrement plaisir d’en parler un peu aujourd’hui.

RSS_32 Recevez par mail directement tous les nouveaux billets du blog de Travailler en Suisse et devenez fan du Groupe Facebook « Travailler et vivre en Suisse »

Les 10 communes suisses dont les contribuables ont les plus gros revenus

revenus-par-commune-suisse

copyright administration fédérale des contributions

J’ai remarqué qu’il y avait deux types de billets que vous aimiez particulièrement : ceux où on parle d’argent ou de salaires, et ceux qui proposent des classements. Aujourd’hui, je vous rassemble ces deux concepts en un seul billet en vous donnant la liste des 10 communes suisses ayant les revenus nets moyens les plus élevés. Pratique, notamment pour ceux qui arrivent en Suisse et veulent s’installer dans une commune, pour se faire idée de son voisinage.

A première lecture, on remarque que 6 de ces communes sur 10 se trouvent en Suisse romande (Genève et Vaud). Pas forcément étonnant, compte tenu de la politique de ces cantons pour attirer des grosses fortunes, par le biais du forfait fiscal.

Top 10 des communes suisses ayant les plus hauts revenus

Commune
Canton
Nombre de contribuables de la commune
revenu net moyen (en francs suisses)
FerpiclozFR97178 470
AnièresGE871176 485
ColognyGE1 913171 450
WollerauSZ3 412165 544
Lussy-sur-MorgesVD218161 329
GenthodGE874152 101
Vaux-sur-MorgesVD62150 862
VandoeuvresGE928148 413
FeusisbergSZ2 348144 006
ZumikonZH2 409131 978
revenus moyens par commune - données 2006 - source : administration fédérale des contributions

Et puisque c’est vous, je vous mets également la liste des 10 communes suisses dont les contribuables ont les revenus les plus faibles. On remarque que le canton du Valais y est pas mal représenté, avec 6 communes.

Top 10 des communes avec les plus faibles revenus

Commune
Canton
Nombre de contribuables
revenu net moyen (en francs suisses)
ChandolinVS19317 973
BellwaldVS42019 386
CampelloTI6319 622
Saint-LucVS47719 716
GrimentzVS50320 669
SurcuolmGR10724 242
LaxVS22724 711
RiederalpVS43125 008
LadirGR7826 135
CavianoTI10526 419

Et pour les fanatiques des statistiques, vous pouvez télécharger le fichier Excel contenant toutes les données de revenus pour toutes les communes en Suisse, ou consulter la cartographie dynamique.

RSS_32 Recevez par mail directement tous les nouveaux billets du blog de Travailler en Suisse

Blog d’expatrié en Suisse #8 : Matt, account manager dans l’industrie automobile

Matt2 Matt est notre nouveau portrait d’expatrié en Suisse. Il vient de France (et plus précisément encore de Corse).

Matt est arrivé en Suisse il y a trois ans, et travaille en tant qu’account manager dans l’industrie automobile, en relation avec des  garagistes indépendants en Suisse romande.

Son blog, « Matt vous tient au courant« , il l’a commencé en arrivant en Suisse pour pouvoir facilement donner des nouvelles à sa famille et ses amis (tout comme Eric et Dario), pour témoigner de son installation et éventuellement aider ceux qui étaient tentés de venir s’installer en Suisse comme lui et son amie. Aujourd’hui, son blog lui sert surtout à raconter sa vie à Lausanne à qui veut la lire. D’après Matt, « C’est un peu comme un journal intime mais public« .

Identité

Qui es-tu ? Matt

De quel pays es-tu originaire ? France, enfin même mieux Corse :)

Depuis combien de temps travailles-tu en Suisse ? 3 ans

Frontalier ou résident ? Un an en tant que frontalier à Annemasse, et deux ans à Lausanne en tant que résident

Es-tu venu seul ou en famille ? Je suis venu avec ma copine qui travaille sur Genève, à l’Uni

Quel est ton métier ? Je suis Account Manager dans le secteur de l’automobile, je travaille avec des professionnels. Nos clients sont des garagistes indépendants en Europe. J’ai en charge le marché Suisse Romand

Dans quel canton travailles-tu ? Je travaille dans le canton de Vaud à Vevey

Ton recrutement en Suisse

Comment (par quel canal) as-tu trouvé ton job en Suisse ?

Via un site de petites annonces en France.

Te rappelles-tu de ta phase de recrutement ? Comment s’est-elle passée, et qu’est-ce qui t’a marqué ?

Mon recrutement s’est passé le plus simplement du monde : le directeur de la boite m’a appelé suite à l’envoi de mon CV, on a discuté de mon expérience brièvement, puis j’ai eu un rendez-vous pour le lendemain avec le responsable commercial. Ce qui m’a marqué c’est le contenu de la discussion, plus orientée sur ce que j’avais envie de faire et comment je me voyais dans 2-3 ans que sur ce que j’avais fait avant. Il m’a montré clairement qu’il cherchait quelqu’un de motivé, ambitieux et déterminé plutôt que avec une expérience particulière, ou une formation spécifique. Le contraire de ce à quoi j’étais habitué en France…


Quels conseils (en terme d’emploi) donnerais-tu à ceux qui veulent travailler en Suisse ?

Je pense que cela doit dépendre des postes, mais de mettre en avant sa motivation, son envie de travailler, sa capacité d’engagement…

Ton arrivée en Suisse

Qu’est-ce qui a été le plus difficile lors de ton installation ?

Trouver un logement… C’est la partie qui nous a posé le plus de problèmes… Et encore aujourd’hui, en buvant une bière sur notre terrasse avec vue sur le lac, on sait qu’on a eu beaucoup de chance d’avoir trouvé l’appartement qu’on occupe…

Qu’est-ce qui t’a le plus marqué sur le plan culturel en arrivant en Suisse ?

Rien en particulier, mais plein de petites choses qui me surprennent encore aujourd’hui dans le langage, les habitudes, les points de vue…

Vie au travail

Comment s’est passée ton intégration dans l’entreprise suisse ?

Ben très bien. Il faut dire que dans la société où je suis (une trentaine de personnes), il y a majoritairement des étrangers. Mais ça n’empêche que mes collègues suisses ou non, m’ont accueilli on ne peut mieux… De plus, l’ambiance générale de la société est une préoccupation importante de la direction, donc ils font on sorte que tout se passe bien.

T’a-t-on fait ressentir que tu étais étranger(gère) ?

Pas plus que je leur ai fait sentir qu’ils sont Suisses :D.

Tes relations avec les Suisses

Comment juges-tu tes relations avec les Suisses (au travail et dans la vie de tous les jours) ?

Ca se passe très bien. Avec mes collègues, aucun problème. Le plus difficile aura été avec mes clients. Je travaille principalement avec des patrons de PME installées depuis 20-30 ans. Alors, en tant que « jeune frouze », j’ai du apprendre à m’adapter et à faire mes preuves certainement plus qu’un Suisse. Mais après 2 ans, je n’ai plus aucun souci…

As-tu des amis suisses ? Français ? Étrangers ?

Oui, oui et oui… (et je connais des cons dans les 3 catégories aussi :D)

L’heure du bilan

Te sens-tu intégré ?

Intégré, je ne sais pas, mais en tout cas, je me sens extrêmement bien à Lausanne. Je ne suis pas Suisse, je ne parle pas avec l’accent suisse, donc on me fait régulièrement la remarque plus ou moins gentiment. Mon but c’est pas d’effacer ce que je suis pour avoir l’air suisse. Mais je suis conscient que je ne suis pas chez moi, donc je m’adapte dans la mesure du possible.

Comment juges-tu ta vie actuelle (par rapport à ta vie avant de venir travailler en Suisse) ?

Actuellement, je vis la vie que j’ai envie d’avoir. Mon pouvoir d’achat est sans commune mesure avec celui que j’avais en France. J’adore mon travail et mes amis. Je profite du maximum d’activités qu’offre la région, surtout sportives.

As-tu la nostalgie du pays ?

Du pays non. J’ai toujours beaucoup bougé donc je ne suis pas rattaché à un endroit en particulier. Ce sont plus mes amis qui peuvent me manquer. Mais là aussi, ils sont repartis aux 4 coins du globe, donc le problème sera le même partout…

Consultez le blog de Matt

Si vous aussi vous avez un blog et que vous habitez en Suisse, faites-moi signe.

RSS_32 Recevez par mail directement tous les nouveaux billets du blog de Travailler en Suisse ou abonnez-vous au flux RSS

Blog d’expat en Suisse #7 : Eric, Mandataire en brevets européens

vignette-blog-ericÉric est notre 7ème portrait de blogger expat en Suisse.

Arrivé en Suisse il y a presque deux ans, il a intégré Nestlé, l’une des entreprises multinationales les plus connues au monde, et qui a son siège à Vevey. C’est donc dans le canton de Vaud qu’il s’est installé, et l’expérience de son arrivée qu’il nous relate, que ce soit dans l’entreprise ou le canton, est très intéressante.

Son blog, Tribulations helvètes était initialement un journal de bord de son arrivée et de son installation en Suisse, à l’attention de sa famille et de ses amis : un moyen de leur faire part de ses impressions en somme, ainsi que les surprises et les étonnements. Au fil du temps, le blog est devenu pour lui un outil pratique pour donner des nouvelles.

Identité

Qui es-tu ? Eric

De quel pays es-tu originaire ? France

Depuis combien de temps travailles-tu en Suisse ? Depuis janvier 2008

Frontalier ou résident ? Résident (permis B-CE/AELE)

Es-tu venu seul ou en famille ? Seul

Quel est ton métier ? Mandataire en brevets européens

Dans quel canton travailles-tu ? Le canton de Vaud

Ton recrutement en Suisse

Comment (par quel canal) as-tu trouvé ton job en Suisse ?

Chasseur de tête et une annonce dans un journal professionnel

Te rappelles-tu de ta phase de recrutement ? Comment s’est-elle passée, et qu’est-ce qui t’a marqué ?

J’ai été étonné par la rapidité, l’efficacité et la flexibilité du processus de recrutement. J’ai d’abord complété une évaluation psychologique « on-line » pour préparer des entretiens la semaine suivante, avec une personne des RH, mon futur patron et futur collègue. Mon employeur (Nestlé) m’a entièrement défrayé sans que j’aie besoin de le demander (contrairement à certaines entreprises en France). Puis les RH voulaient que je revienne pour une seconde série d’entretiens. Comme je ne pouvais pas me libérer, les entretiens ont eu lieu par téléphone. J’ai reçu la proposition d’embauche dans la semaine ! Ma démission n’arrangeait pas mon ancien employeur et j’ai accepté de prolonger mon préavis, après en avoir discuté avec mon futur chef de département, qui n’y voyait pas d’inconvénient. A mon arrivée, tout était prêt : PC, bureau, journée d’accueil, rende-vous organisés pour déjeuner avec mes nouveaux collègues…

Quels conseils (en terme d’emploi) donnerais-tu à ceux qui veulent travailler en Suisse ?

Vu sa dimension internationale, je ne pense pas que Nestlé reflète vraiment l’entreprise suisse. J’ai de la peine à donner un conseil sur ce point. Évidemment, il est essentiel de maîtriser plusieurs langues, dont l’anglais (langue de travail). Les démarches au moment de l’arrivée sont un peu complexes, mais probablement pas plus que pour un étranger qui débarque en France… Une chose tout de même, ne pas oublier que les charges sociales en Suisse sont relativement faibles pour l’employeur comme pour l’employé, par rapport à la France. Par conséquent, pour estimer son salaire en Suisse, il faut au moins intégrer au salaire brut français les charges que l’employeur paie en France. Il faut aussi se renseigner sur les primes d‘assurance maladie. Cela permet de calculer un « package » qui permettra de cotiser plus facilement aux 2ème et 3ème piliers.

Ton arrivée en Suisse

Qu’est-ce qui a été le plus difficile lors de ton installation ?

Trouver un appartement. Heureusement, j’ai pu sous-louer un studio pendant quelques mois et Nestlé m’a offert les services d’une agence de recherche d’appartement. J’imagine que c’est le genre de chose à évoquer lors des entretiens d’embauche.

Qu’est-ce qui t’a le plus marqué sur le plan culturel en arrivant en Suisse ?

D’abord, le changement d’horaire. Tout est décalé de 2 à 3 heures : l’ouverture et la fermeture des commerces, des bureaux… J’ai aussi été surpris par la sollicitude de mes interlocuteurs dans l’administration (commune, canton) ou les assurances et les différents services industriels (eau, tél, électricité…). Le plus souvent, les gens sont prêts à expliquer les démarches et à offrir leur aide, alors qu’en France j’ai rarement reçu une aide claire et complète sans avoir l’impression de déranger avec mes questions. Enfin, la coupe d’Europe l’an dernier a été une sorte de révélateur de l’impressionnante multiculturalité de ce pays.

Vie au travail

Comment s’est passée ton intégration dans l’entreprise suisse ?

Comme je le mentionne plus haut, je travaille dans une entreprise multinationale. Elle est habituée à recevoir des employés de tous horizons et a mis en place un processus d’intégration efficace. J’ai eu l’occasion de rencontrer mes interlocuteurs et collègues, pour me présenter et connaître leurs attentes. J’ai aussi suivi des formations de présentation de l’entreprise.

T’a-t-on fait ressentir que tu étais étranger(gère) ?

Non. En fait, il y a plus de non-Suisses que de Suisses dans le département où je travaille.

Tes relations avec les Suisses

Comment juges-tu tes relations avec les Suisses (au travail et dans la vie de tous les jours) ?

Excellentes. Mes collègues suisses sont très ouverts aux étrangers et nous organisons régulièrement des sorties. Comme je suis musicien, j’ai intégré plusieurs sociétés (i.e. associations), et je fais même partie du comité (i.e. le bureau) de l’une d’elles depuis plus d’un an. J’ai vite adopté certaines expressions qu’on ne trouve pas en France, et en arrivant, j’ai lu un bouquin sur l’histoire de la Suisse (la Suisse pour les Nuls, pour ne pas le citer). Des amis suisses (j’anticipe sur la question suivante…) plaisantaient même en disant que j’étais presque prêt pour passer l’examen de naturalisation ! L’intégration s’est donc bien déroulée.

As-tu des amis suisses ? Français ? Étrangers ?

Oui, oui et oui. Entre autre grâce à la Fille, j’ai rencontré de nombreux Français à Lausanne et alentours. Elle m’a transmis la responsabilité d’organiser les mercredis Frouzes, ce qui me donne une occasion supplémentaire de rencontrer du monde. J’ai rencontré quelques personnes via mon blog. Évidemment, le travail permet aussi de rencontrer des amis, essentiellement des non-Suisses.

L’heure du bilan

Te sens-tu intégré ?

Tout à fait.

Comment juges-tu ta vie actuelle (par rapport à ta vie avant de venir travailler en Suisse) ?

Je bénéficie d’une bien meilleure qualité de vie, et le travail est aussi intéressant. Je trouve la vie culturelle très riche, je profite de la montagne et du lac. Le changement d’atmosphère m’a probablement obligé à sortir de ma coquille et reprendre des activités que j’avais plus ou moins laissées de côté.

As-tu la nostalgie du pays ?

Non, je le vois tous les jours, de l’autre côté du lac ! Évidemment la famille et les amis « restés » en France me manquent, mais le téléphone et le train font des miracles de nos jours.

Consultez le blog d’Eric, Tribulations helvètes

RSS_32 Recevez par mail directement tous les nouveaux billets du blog de Travailler en Suisse ou abonnez-vous au flux RSS