Pourquoi voulez-vous travailler en Suisse ? Pour le salaire bien sûr !

J’étais hier au salon international du recrutement d’Aix-les-Bains en conférence (conférence Vivre et Travailler en Suisse que vous pouvez d’ailleurs télécharger gratuitement sur le site Travailler-en-Suisse.ch), et j’ai échangé ensuite avec quelques candidats.

L’un d’entre-eux, un serveur français, a particulièrement retenu mon attention. Ce jeune homme me disait avoir pour objectif de travailler en Suisse dans le secteur de l’hôtellerie restauration. Nous étions 2 à le « questionner », une consultante RH suisse, et moi-même.

Parmi ses points forts, j’ai noté une très bonne présentation, un look soigné (critère important dans ce métier), ainsi qu’une motivation certaine puisqu’il n’a pas hésité à parcourir 250 km pour venir à ce forum rencontrer des professionnels. Ses objectifs professionnels et son parcours, je trouve qu’il les a plutôt bien décrits, et de manière assez claire. Il a par ailleurs fait allusion à l’intérêt qu’il portait à la valeur « travail », avec quelques exemples, pas très bien choisis, mais qui avaient le mérite de rendre crédible son propos. Bref, jusqu’à un certain point, je trouvais ce candidat plutôt pas mal.

2 erreurs qui peuvent faire très mal en entretien avec une boîte suisse

Mais il a commis par la suite 2 erreurs qui, en cas d’entretien d’embauche (j’étais présent pour lui donner des conseils et simuler un petit entretien), auraient été quasiment éliminatoires. Je vais donc en parler, en espérant que cela serve à ceux qui liront ce billet.

Erreur n°1 : dire du mal de ses anciens employeurs

Sans qu’on lui demande quoi que ce soit, le candidat a commencé par critiquer ouvertement certains de ses anciens employeurs, en indiquant ici qu’il n’avait pas tenu ses engagements en ne fournissant pas le contrat de travail espéré, et là que l’établissement était selon lui mal tenu par la direction, justifiant ainsi ses départs de ces sociétés. Que ce soit en Suisse ou ailleurs, mais particulièrement en Suisse, c’est bien sûr une erreur assez grave que de critiquer un ancien employeur, le respect de la société (et par extension de la hiérarchie), est un facteur culturel très fort ici.

Si le recruteur ne vous demande rien, je vous justifiez pas !

Dans ce cas précis, si le recruteur ne vous demande rien, inutile de dire pourquoi vous êtes parti. S’il vous pose des questions, à vous de trouver une réponse qui ne trahisse pas trop la réalité, mais qui pour autant n’incrimine pas votre ancien employeur ! Par exemple, vous êtes parti parce qu’on vous a fait une proposition qui correspondait mieux à ce que vous attendiez, et qui vous  a permis d’atteindre un objectif professionnel que vous vous êtes fixé etc… Idéalement, il faut être convaincant, et donner des exemples.

Bien sûr, si on vous a licencié, la réponse à donner dépend du motif : si c’est un licenciement économique, la réponse est toute trouvée, et dans le cas inverse… il faut absolument avoir préparé la question. J’ai presque tendance à dire qu’ici, ce n’est pas tant le contenu que la justification qui importe : en effet, il faut trouver dans cette situation les points constructifs qui vous ont permis d’avancer, et le fait de dire en quoi cela vous fait à fait progresser peut vous permettre de vous sortir d’une situation déliquate etc… Ce n’est pas forcément l’idéal, mais c’est mieux que rien.

Erreur n°2 – Dire que ce qui nous motive en Suisse, c’est le salaire… et seulement ça !

Soyons clair : le salaire suisse est un facteur très important pour la plupart d’entre-nous, et pour certains probablement le critère majeur. Là n’est pas la question, car chacun a ses motivations, je le respecte. En revanche, ceci doit rester « mesuré ». Lorsque la consultante a demandé à ce serveur pourquoi il voulait venir travailler en Suisse, sa réponse a été limpide et directe : « pour les salaires, car ils sont plus élevés« . Ce n’est à mon sens, pas une bonne réponse. Du moins, l’argent peut être un critère avancé en entretien, mais il ne doit pas être le seul : vous pouvez ainsi mettre en avant la qualité de vie, le fait de découvrir une nouvelle culture, de nouvelles méthodes de travail, un nouvel environnement…

Objectivement, vous avez également intérêt à être au clair pour vous même sur le sujet du salaire et du pouvoir d’achat, car si les salaires sont supérieurs à ceux qu’on trouve en France, le coût de la vie l’est également. Et pas de chance pour notre candidat serveur, le secteur de l’hôtellerie restauration est un de ceux qui paient le moins bien en Suisse, et le recruteur pourrait lui d’ailleurs lui faire remarquer…

Certes, personnes n’est dupe : un entretien d’embauche reste un jeu de composition, mais qui doit se préparer (en particulier, toutes les questions difficiles, vous devrez y avoir pensé et être capables d’apporter des réponses). Et surtout, il faut être le plus naturel possible.
Crédit Photo : iStockPhoto

Comment les ménages suisses dépensent-ils leur argent ?

La Suisse est un pays attractif pour les travailleurs étrangers : vous y trouverez une économie et des entreprises dynamiques, un faible taux de chômage en comparaison européenne, des salaires en général plus élevés que dans la plupart des autres pays, une qualité de vie parmi les meilleures au monde et… un coût de la vie très élevé.

Mais au final, qu’est-ce qui coûte le plus, en termes de consommation, aux ménages suisses, et qu’est-ce qui leur coûte le moins  ?

L'alimentation représente plus de 10% du budget des ménages suisses. (photo iStockPhoto)

Voici un petit aperçu de ce que vous risquez de dépenser si vous vous installez en Suisse (les informations sont données en pourcentage du prix du panier type, données 2010, source Office fédéral de la Statistique) :

  • Loyer : 19,5%
  • Frais de santé (hors médicaments) : 11,5%
  • Alimentation : 10,1%
  • Frais en relation avec l’automobile (achat, maintenance) : 8,7%
  • Restaurants et hôtels : 8,4%
  • Habillement et chaussures : 4,5%
  • Sport et culture : 2,9%
  • Frais de télécommunication : 2,7%
  • Médicaments : 2,3%
  • Jardin et animaux de compagnie : 1,9%
  • Alcool et tabac : 1,8%
  • Journaux et livres : 1,2%

Ces informations sont à rapprocher des revenus et dépenses moyens en Suisse, et vous aurez alors le montant moyen par mois des dépenses des consommateurs suisses.

Enfin, si on vous fait une proposition de salaire en Suisse, alors vous pourrez utiliser ces chiffres en calculant votre salaire net sur notre service gratuit d’estimation de feuille de salaire. Vous pouvez également consulter notre page « Coût de la vie en Suisse » sur le site Travailler-en-Suisse.ch, ainsi que la rubrique « Coût de la vie en Suisse » de ce blog.

Et vous, est-ce que cette structure de dépense correspond à la vôtre ?

RSS_32 Recevez par mail directement tous les nouveaux billets du blog de Travailler en Suisse et devenez fan du Groupe Facebook « Travailler et vivre en Suisse« 

Où trouver des offres de voyages, des séjours et des hôtels pas chers en Suisse ?

aldi-suisse-toursLa Suisse présente de nombreux avantages pour les travailleurs étrangers : salaires souvent plus élevés, meilleure qualité de vie, conditions de travail souvent meilleures etc… Mais (car il y a toujours un mais) en contrepartie, le coût de la vie y est élevé.

En particulier, les prix des hôtels, des voyages et des séjours sont souvent hors de prix, et parfois franchement dissuasifs.

Un de mes amis vient de me faire découvrir un site de voyages très intéressant qui propose des tarifs parfois si bas qu’on peut se demander s’il n’y a pas une arnaque. Alors quand on a un bon plan, il ne faut hésiter à le communiquer.

Voici un exemple :

4 nuits dans un hôtel quatre étoiles à Interlaken, hébergement avec buffet petit déjeuner, piscine couverte :

CHF 259 pour le séjour dans la formule la plus économique (chambre tout équipée sans balcon).

Périodes de réservation possible : 18/01/2010 à 05/03/2010.

Quand on connait les prix pratiqués en Suisse, je peux vous dire que ce prix correspond en général à une seule nuit, et pas quatre ! Et en plus, c’est gratuit pour les enfants de moins de 13 ans.

Je n’ai pas testé, mais l’enseigne n’est pas totalement inconnue : c’est Aldi, le discounter allemand qui s’est implanté en Suisse en 2005, qui propose sur son site de voyage Aldi Suisse Tours des prix canons, et pour des destinations en Suisse, mais aussi en Europe, Égypte, des croisières…

Vous pouvez voir le détail de l’offre mentionnée ci-dessus ici.

Et je vous jure que ce billet n’est pas sponsorisé.

Et vous, quels sont vos bons plans pour voyager par cher en Suisse ou ailleurs ?

RSS_32 Recevez par mail directement tous les nouveaux billets du blog de Travailler en Suisse ou abonnez-vous au flux RSS

Acheter moins cher en Suisse : quelques astuces

cadaux-noelLe coût de la vie en Suisse est, vous le savez, assez élevé. Dommage en cette période de fêtes. Voici quelques astuces pour payer moins cher vos cadeaux de Noël.

Acheter en ligne un seul produit à la fois, mais pas cher

J’aimerais tout d’abord vous parler de QoQa.ch, un site qui propose un concept original basé sur la vente d’un seul produit… à la fois. Qoqa.ch met en avant un seul produit à prix cassé, et ne change que lorsque celui-ci a été écoulé. Les produits proposés sont de toutes natures, mais sont souvent des produits électroniques ou hi-tech. Par exemple, à l’heure où j’écris ce billet, vous trouverez sur le site une télécommande universelle Philips et un dock iPhone pour CHF 69.- au lieu de CHF 379.-

Pour Noël, c’est malheureusement un peu raté, car les délais de livraison sont de 10 jours. Vous le saurez pour la prochaine fois.

Allez sur le site Qoqa.ch

Les magasins d’usine en Suisse

Vous pourrez faire quelques bonnes affaires dans les quelques magasins d’usine qui se trouvent en Suisse…si vous avez de la chance.

Je ne les connais pas tous, et en citerai donc seulement 3 :

Aubonne Outlet Center : situé aux portes de Lausanne à Aubonne, ce magasin d’usine créé il y a 2 ou 3 ans, propose une surface moyenne avec quelques marques intéressantes. Globalement, j’y ai souvent fait de bonnes affaires, et les magasins étaient pour la plupart assez bien achalandés.

Villeneuve Outlet : situé au bout du Lac, pas très loin de Montreux, ce magasin d’usine a, je trouve, perdu un peu d’intérêt, car bon nombre de magasin sont vides. Mais il en subsiste quelques-uns, parfois intéressants. Cela fait un petit moment que je n’y suis pas retourné, car après mes deux derniers passages, j’ai été très déçu. Cependant, si vous avez de la chance, vous trouverez votre bonheur, mais il vaut mieux à mon avis appeler le magasin qui vous intéresse avant, et demander s’ils ont reçu un nouvel arrivage.

Foxtown Mendrisio : situé au Tessin, pas très loin de Lugano, ce magasin d’usine est plutôt bien « garni », et assez intéressant d’après mes sources (je n’y suis jamais allé personnellement). Et en plus, le Tessin est un endroit magnifique à visiter.

Acheter ses livres en Suisse moins cher sur Amazon.fr

Peu de personnes le savent, mais Amazon.fr propose des frais des livraisons gratuits pour les livres, CD, DVD, logiciels et jeux vidéo (sous condition que la commande fasse plus de 20 euros) pour ceux qui habitent en Suisse.

Pour les livres, où contrairement à la France il n’existe pas de tarif unique imposé par la loi (les libraires suisses appliquent une marge supplémentaire), cela peut être particulièrement intéressant. Voir les conditions de livraisons sur le site Amazon, ainsi que les tarifs.

Attention à la douane !

Si vous venez de France faire vos achats en Suisse, n’oubliez pas de déclarer vos achats  à la douane (pour des achats supérieurs à 300 euros par adulte) : vous risquez sinon une amende. Consultez la page « Commerces en Suisse » du site Travailler-en-Suisse.ch pour plus d’informations, ainsi que des liens vers des documents officiels des douanes.

Et vous, avez quelques astuces à nous faire partager ?

RSS_32 Recevez par mail directement tous les nouveaux billets du blog de Travailler en Suisse ou abonnez-vous au flux RSS

Salaires et prix en Suisse : nouvelle étude incroyable de l’UBS

prix-et-salaire-ubs-2009

copyright UBS

S’expatrier en tout connaissance de cause est simplement impossible, il y a toujours des surprises. Mais les surprises qu’on n’aime pas, mais alors pas du tout, ce sont celles qui touchent aux finances personnelles (le salaire, le coût de la vie…).

Que ceux qui ne se sont pas posés les questions suivantes avant de s’expatrier lèvent la main :

- Est-ce qu’on est mieux payé à Genève qu’à Paris ?

- Est-ce que les loyers à Genève sont plus élevés qu’à Paris  ?

- Le pouvoir d’achat est-il meilleur à Zurich qu’à Lyon ?

etc…

Avec les fluctuations de l’euro par rapport au franc suisse, les augmentations des loyers et des biens des denrées dans les pays, les niveaux de salaires différents, difficile d’avoir une réponse claire à ces questions. Et pourtant l’UBS vient de sortir son étude sur les « Prix et Salaires » qui permet de comparer entre elles 73 grandes villes dans le monde. C’est une mine d’informations dont voici quelques résultats :

C’est en Suisse que le salaire net – en moyenne – est le plus élevé au monde

Les salaires les plus élevés sont, en moyenne, versés à Zurich et Genève (deux seules villes suisses de l’étude). Ensuite viennent les villes de New-York et Copenhague.

Selon l’étude, en moyenne, les salaires à Genève ou Zurich sont environ 60% plus élevés que ceux de Paris ou Lyon. En comparaison avec l’étude précédente qui date de 2007, cette différence de salaires est restée la même entre les deux pays.

Les chiffres analysent également le niveau des salaires bruts. Comme les prélèvement sociaux sur salaire sont, en Suisse, relativement faibles par rapport à la plupart des autres pays, les villes suisses sont là aussi très bien positionnées dans le classement. Pour vous faire une idée de la différence « salaire net – salaire brut » en Suisse, vous pouvez consulter le service gratuit d’estimation de feuille de salaire en Suisse du site expatwire ou vous pourrez estimer votre futur salaire net.

Les prix à Paris ne sont inférieurs « que » de 10% à ceux de Genève ou Zurich

Les deux villes suisses figurent en 2ème et 4ème position des villes les plus chères du monde. Lorsqu’on inclut le montant des loyers, elles restent en 2ème et 3ème position. L’écart entre Paris et Genève ou Zurich n’est que d’environ 10%, alors que pour Lyon la différence est d’environ 25%.

Combien de temps de travail en Suisse vous faut-il pour  acheter un i-Pod nano ?

Cette mesure originale permet de mesure entre tous les pays le pouvoir d’achat.

Alors pour acheter un i-Pod nano, il faut travailler :

- 9 heures à Zurich

- 10 heures à Genève

- 15 heures à Lyon et Paris

Le pouvoir d’achat est donc indéniablement plus élevé en en Suisse qu’en France, du moins dans ces villes. Ce n’est pas une surprise.

Comme nous ne sommes pas uniquement centrés sur la Suisse et la France, il est toujours intéressant de regarder comment se comportent les pays les plus bas dans le classement : ainsi, un habitant de Mumbai doit travailler 20 jours pour se payer le même i-Pod…

Prix des biens et des services en Suisse : 20% plus chers en moyenne qu’en Europe occidentale

Oslo, Zurich et Genève sont les 3 villes où les prix des biens – tous biens confondus – sont les plus élevés. Pour comparaison, les prix observés à Paris sont 13,9% moins élevés qu’à Zurich, et ceux de Lyon 21,4%.

Temps de travail : la France bonne dernière, la Suisse en dessous de la moyenne

Je vous ai gardé le meilleur pour la fin : l’étude mesure le temps de travail (mesuré sur une base annuelle incluant les congés payés et les jours fériés légaux) en établissant une moyenne pondérée pour 13 professions).

Sur 73 villes dans le monde, les villes françaises sont celles où le temps de travail est le plus faible (1594 heures de travail pour Paris, 1582 pour Lyon). Zurich (1896 heures) et Genève (1830 heures) pour leur part se situent en dessous de la moyenne mondiale (établie à 1 902 heures annuelles) mais au-dessus de la moyenne des pays en Europe occidentale (1745 heures).

L’étude est tellement complète et intéressante que je reviendrai vers vous avec d’autres analyses probablement avec une analyse comparative précise entre Paris et les villes suisses, ou Lyon et les villes suisses.

En attendant, vous pouvez consultez l’étude complète de l’UBS « Prix et Salaires 2009 » (pdf).

Vous pouvez également consulter les pages « Salaires en Suisse » et « Coût de la vie en Suisse » sur le site Travailler-en-Suisse.ch

Alors, que pensez-vous de tout ceci ? Intéressant non ?

RSS_32 Recevez par mail directement tous les nouveaux billets du blog de Travailler en Suisse ou abonnez-vous au flux RSS

Les logements les plus chers de Suisse sont à… St-Moritz !

saint-mortiz

copyright St-Moritz

La rue la plus chère de Suisse se situe à St-Moritz, ville touristique du canton des Grisons et station de ski très connue pour être une destination très jet-set et aussi pour son ensoleillement. Dans la Via Suvretta, le prix du m² est à 45 000 dollars, et la rue occupe la 6ème place u classement des rues les plus chères du monde proposé par le site Wealth Bulletin.

Le classement des rues les plus chères du monde (indication par pays) :

1 – Monaco : rue Princesse Grace, prix au m² à 120 000 $

2 – France : Cap Ferrat, prix au m² : 100 000 $

3 – Etats-Unis : New-York, prix au m² : 72 000 $

4 – Royaume-Uni : Londres, prix au m² : 65 000 $

5 – France : Paris, prix au m² : 54 000 $

6 – Suisse : Saint-Moritz, prix au m² : 45 000 $

7 – Sardaigne : Porto Cervo, prix au m² : 42 000 $

8 – Hong Kong : The Peak, prix au m² : 40 0000 $

9 – Russie : Moscou, prix au m² : 35 000 $

10 – Australie : Point Pepper Piper, prix au m² : 28 000 $

sources : le Temps, NZZ